Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

12/01/11 à 11:05 - Mise à jour à 11:05

Renault : les vrais enjeux de l'affaire d'espionnage

Décidément, la France semble se spécialiser dans les scandales financiers. Après l'affaire Bettencourt, voilà qu'on parle d'espionnage industriel chez Renault. Le groupe automobile français va en effet porter plainte en justice ce mercredi.

Décidément, la France semble se spécialiser dans les scandales financiers. Après l'affaire Bettencourt, voilà qu'on parle d'espionnage industriel chez Renault. Le groupe automobile français va en effet porter plainte en justice ce mercredi.

Trois cadres de direction du groupe Renault sont soupçonnés d'avoir vendus à des intermédiaires des informations secrètes sur la batterie et le moteur des futurs véhicules électriques de Renault. Des véhicules qui sortiront après 2012 et pour lesquels Renault a déjà investi plus de 4 milliards d'euros en recherche et développement, dont 1,5 milliards d'euros rien que sur la batterie, qui, comme vous le savez, est le nerf de la guerre pour les voitures électriques !

Pour le moment, les véritables destinataires de ces informations volées ne sont pas officiellement nommés par Renault mais tout le monde pense évidemment à la Chine. Il est vrai que l'Empire du milieu a regroupé 16 constructeurs nationaux et compte investir lui-même 15 milliards de dollars en 10 ans pour se positionner sur le marché des voitures vertes. Le groupe Renault-Nissan, leader de la voiture électrique, est une cible très tentante. Au point que le ministre français de l'Industrie a parlé de véritable "guerre économique", une expression qui semblait parfois exagérée mais dont on découvre aujourd'hui qu'elle est plus que réelle.

L'affaire Renault confirme au moins une chose : l'Occident, s'il veut garder sa compétitivité face à la Chine, doit investir dans les seules armes qui lui restent, sa recherche et sa technologie. A condition de ne pas être naïf et de savoir protéger ses secrets de fabrication. Etre naïf, aujourd'hui, c'est se condamner à mourir demain.

Nos partenaires