Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

13/09/12 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Quand TomTom pactise avec l'ennemi

TomTom est une marque de GPS bien connue mais cela ne l'empêche pas, elle aussi, de souffrir de la concurrence, non pas d'une autre marque comme Garmin, par exemple, mais surtout de la concurrence de l'iPhone.

TomTom est une marque de GPS bien connue mais cela ne l'empêche pas, elle aussi, de souffrir de la concurrence, non pas d'une autre marque comme Garmin, par exemple, mais surtout de la concurrence de l'iPhone. L'iPhone dispose en effet d'un GPS intégré et, de plus, son écran est aujourd'hui assez grand pour permettre une navigation avec un relatif confort. Le résultat de cette nouvelle concurrence, c'est que les ventes de marques de GPS comme TomTom s'étiolent.

La première réponse à cette concurrence indirecte a consisté à baisser les prix. Rien à faire, la baisse des prix n'a pas pu enrayer la baisse du chiffre d'affaires. TomTom a dû pactiser avec l'ennemi. En octobre prochain, il sera possible de télécharger l'application TomTom sur un smartphone doté du système Android de Google, le prix de l'application sera sans doute de 60 euros, exactement comme pour la même application déjà présente chez Apple.

Inutile de vous dire que ce choix de pactiser avec l'ennemi n'est pas un choix du coeur, vu que des Apple ou d'autres géants du secteur vont prendre 30% des recettes au passage ! Mais voilà, une firme comme TomTom n'a pas le choix, pas plus qu'elle n'a le choix de s'allier avec des constructeurs automobiles comme BMW ou Renault pour intégrer son GPS dans le tableau de bord de leurs voitures, une présence que les constructeurs font payer au prix fort. Donc, les marges de TomTom resteront sous pression. Faire du business à l'ère d'Internet n'est décidément pas simple car aucun modèle économique n'est assuré de durer. Tom Tom le découvre après l'industrie de la musique, de la presse, et du tourisme. Le tsunami Internet ne fait que commencer.

Nos partenaires