Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

27/09/12 à 09:41 - Mise à jour à 09:41

Quand Mark Zuckerberg fait douter Wall Street

Il n'a pas encore 30 ans et l'introduction en Bourse de sa société a fait de lui un multimilliardaire en dollars, mais aujourd'hui, le patron de Facebook doit déchanter.

D'abord, parce que le cours de Bourse de sa société a perdu 40 % depuis le 27 mai dernier, sa fortune a donc aussi baissé de 40%. Je vous rassure, il lui reste encore de quoi vivre pendant quelques siècles sans s'inquiéter de ses fins de mois.

Tout de même, maintenant, Mark Zuckerberg n'est plus seul à bord, sa société est cotée en Bourse et il doit communiquer, s'expliquer régulièrement sur le cours de l'action,...Bref, il ne peut plus agir seul comme une sorte d'autocrate même s'il est à l'origine de cette société et de ce succès planétaire.

Si le cours de Bourse de Facebook flanche, c'est parce que les investisseurs ne voient pas comment ce jeune homme de moins de 30 ans va faire en sorte de rentabiliser Facebook sur le plan publicitaire. C'est bien d'avoir un réseau social avec un milliard de fans, mais ce serait encore mieux si tous ces fans rapportaient plus d'argent qu'aujourd'hui, notamment via la téléphonie mobile qui est devenue la porte d'entrée d'Internet.

Wall Street doute cependant de ses capacités du jeune Mark Zukerberg à mieux rentabiliser son réseau social, déjà qu'il a présenté sa société en jeans et en pull à capuchon ce qui a déplu à certains analystes à Wall Street. La dernière idée en vogue est de demander à Mark Zuckerberg de se mettre en retrait, de retourner à son laboratoire et de laisser la place à un vrai patron !

Si vous en doutez, sachez que c'est ce qui s'est passé avec Google. A un moment donné, les deux génies qui sont à son origine ont été chercher Eric Schmidt, un pro du secteur, c'est avec lui qu'ils ont pu développer la firme pour la mener là où elle est aujourd'hui. Certains rêvent d'un scénario comparable pour Facebook. Ce n'est pas idiot, un entrepreneur fait rarement un bon gestionnaire et vice versa.

Nos partenaires