Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

12/10/12 à 09:32 - Mise à jour à 09:32

Quand la patronne de HP joue la carte de la transparence

Si vous avez suivi les déboires de la firme américaine HP en Bourse, vous aurez constaté que la patronne de Hewlett-Packard a joué la carte de la transparence. En gros, elle a indiqué que les résultats financiers de HP sont mauvais pour 2012 et le seront tout autant en 2013.

Si vous avez suivi les déboires de la firme américaine HP en Bourse, vous aurez constaté que la patronne de Hewlett-Packard a joué la carte de la transparence. En gros, elle a indiqué que les résultats financiers de HP sont mauvais pour 2012 et le seront tout autant en 2013. Ensuite, elle a rejeté la responsabilité de ces mauvais chiffres sur son prédécesseur qui, selon elle, avait pris de mauvaises décisions, en promettant toutefois qu'en 2015, tout irait mieux pour HP, le numéro un du marché mondial du PC.

Les analystes de Wall Street n'ont pas donné un bon accueil à ce speech et l'action de HP a d'ailleurs chuté immédiatement de 13% ! "Ah, ces gens de Wall Street, quelle bande de barbares!", direz-vous, voilà un patron qui dit la vérité, et qui est finalement sanctionné !

Je ne suis pas dans le secret des Dieux, mais je crois qu'à Wall Street, ils ont sanctionné cette patronne de HP, car ils se sont souvenus de cette vieille blague édifiante : c'est un nouveau patron qui est nommé PDG d'une firme de technologie, l'ancien patron le voit en privé et lui dit ceci : "voici 3 enveloppes que tu ne dois ouvrir que quand tu tomberas sur un problème que tu n'arriveras pas à surmonter". Un an passe, et le nouveau PDG se retrouve confronté à un problème insoluble, il se souvient de ces 3 enveloppes et ouvre la première: cette première lettre lui dit qu'il doit blâmer son prédécesseur pour les problèmes actuels ! Et c'est ce qu'il fait, la presse économique le salue et Wall Street aussi, car il a compris qu'il devait changer de stratégie. Une année passe, et les ventes, loin de se redresser, tombent encore plus bas. A ce moment, il ouvre la deuxième enveloppe, la lit à voix haute : "dis que tu vas réorganiser l'entreprise!" et c'est ce qu'il fait! Là encore, la presse économique applaudit et Wall Street salue cette nouvelle réorganisation par une hausse des cours. Malheureusement, 2 ans après, les ventes sont retombées à leur plus bas niveau, là encore, le patron se précipite sur la 3e enveloppe et lit ce qui y est écrit : "prépare 3 enveloppes pour ton successeur" ! Toute ressemblance avec un patron existant ne peut évidemment être que le fruit du hasard.

Nos partenaires