Paroles d'experts : Smart Cities, pour ceux qui se préoccupent de durabilité

16/10/15 à 12:14 - Mise à jour à 12:13

L'initiative destinée à aider les pouvoirs locaux à réaliser des projets centrés sur la durabilité a démarré en 2014. Actuellement, le programme chapeaute près de 120 à 130 projets.

Paroles d'experts : Smart Cities, pour ceux qui se préoccupent de durabilité

© DR

Début octobre, Gembloux a inauguré sa nouvelle maison communale. Le CPAS de Landen construit un nouveau campus de résidence et de soins. Un nouveau centre d'administration et de gestion a été ouvert à Sint-Gillis-Waas. Aux antipodes du prestige, ces projets s'inscrivent dans le programme Smart Cities, dans lequel les pouvoirs publics accordent un soutien financier à des initiatives liées à ce qu'il est convenu d'appeler les villes intelligentes. Le programme soutient des projets dans trois domaines : mobilité, développement urbain et efficience énergétique. Pour être éligible, un projet ne doit pas être uniquement intelligent, il doit aussi être durable et le prouver. Belfius met 200 millions d'euros à la disposition du programme. La Banque européenne d'investissement (BEI) en fait autant.

En ces temps économiquement difficiles pour les pouvoirs locaux, on pourrait être tenté de repousser certains investissements. Des investissements pourtant nécessaires et qui ont un impact positif sur l'homme et l'environnement. Par exemple, rassembler les divers services administratifs d'une commune dans un bâtiment où d'importantes économies d'énergie peuvent être réalisées.

L'environnement économique n'est d'ailleurs pas la seule raison pour laquelle les pouvoirs locaux se montrent prudents en termes d'investissement. Les nouvelles règles comptables européennes exigent que les grands projets soient immédiatement intégrés dans les budgets. Cette lourde charge pour les communes et les CPAS menace de ralentir le rythme des investissements. Néanmoins, les pouvoirs locaux font face à de nombreux défis et n'ont pas l'intention de réduire leurs investissements. D'autres niveaux de pouvoir transfèrent aux pouvoirs locaux de plus en plus de responsabilités.

Partager

"Smart Cities a démarré en 2014. Actuellement, le programme chapeaute près de 120 à 130 projets."

C'est ainsi qu'à l'avenir, les pouvoirs locaux seront de plus en plus impliqués dans l'une des thématiques les plus importantes de la politique : la mobilité. Optimiser les déplacements et limiter la congestion en ville, faciliter la vie des navetteurs, favoriser des moyens de transport plus écologiques ainsi qu'une mobilité douce...

D'autres thèmes sont le climat et les économies d'énergie qui y sont liées. Les zones urbaines sont responsables de 75 % de la consommation d'énergie et de 80 % des émissions de CO2. Des investissements sont également nécessaires parce que la Belgique a encore des efforts à faire en la matière. Un pays développé devrait consacrer 4 % de son PNB aux travaux d'infrastructure. En Belgique, ce pourcentage est inférieur à 2 %. Il reste donc une marge de progression.

D'où l'idée de donner vie à Smart Cities, une initiative destinée à aider les pouvoirs locaux à réaliser des projets centrés sur la durabilité. Les fonds mis à disposition permettent de réduire sensiblement la charge d'emprunt des communes, CPAS et intercommunales.

Smart Cities a démarré en 2014. Actuellement, le programme chapeaute près de 120 à 130 projets. De toutes les initiatives comparables au niveau européen, c'est la seule à obtenir un score aussi élevé. Ces projets doivent également favoriser la création d'emplois supplémentaires. Par ailleurs, le label Smart City renforce l'attrait d'une ville ou d'une commune.

Les projets financés dans le cadre de Smart Cities ne doivent pas nécessairement être à grande échelle. Plusieurs exemples le montrent. C'est ainsi qu'un petit module est disponible au niveau local qui peut être installé sur l'éclairage de rue existant afin de gérer l'éclairage public sur mesure. Un autre exemple est un système de conteneurs équipés d'une puce électronique pour la collecte optimale des déchets ménagers et qui permet à chaque ménage de suivre en temps réel sa consommation sur Internet. Une approche high-tech possible grâce à Smart Cities. ˜

Francis Hayen

Belfius Smart Cities & Sustainable Development

TrendsInformation Services

Connectés en permanence

Connectés en permanence

A peine une vingtaine d'années se sont écoulées entre l'apparition des premiers ordinateurs ...

Nos partenaires