Parole d'Expert: "Business continuity plan", un luxe loin d'être inutile

14/01/16 à 14:27 - Mise à jour à 09/02/16 à 10:41

Source: Trends-Tendances

Toute entreprise ou organisme public est un jour confronté à une situation de crise.

Parole d'Expert: "Business continuity plan", un luxe loin d'être inutile

© istock

Un crash informatique ou pire, une catastrophe naturelle. Ou encore des mesures qui impactent négativement la gestion de l'entreprise, comme le cas en novembre dernier avec le relèvement du niveau d'alerte terroriste de trois à quatre en région bruxelloise.

Belfius joue un rôle de premier plan dans la gestion de situation de crise. A partir de sa branche business continuity & crisis management, Belfius encadre des processus de gestion de crise, mais prend aussi des mesures concrètes à ce niveau, dans toutes les entités de son organisation.

Belfius les a ainsi appliquées lorsque le niveau d'alerte terroriste est passé de trois à quatre. Ce dimanche-là, Belfius a été la première organisation à communiquer directement sur la manière de procéder. Plus de 3.000 travailleurs ont été contactés et invités à travailler depuis leur domicile le premier jour de travail qui a suivi le relèvement de l'alerte terroriste. La priorité absolue allait au bien-être des travailleurs. Chez Belfius, les choses se sont organisées très rapidement et les outils les plus appropriés ont été mobilisés. Il est vrai que quelques jours auparavant, on pressentait la possibilité d'un relèvement du niveau d'alerte, ce qui a permis de prendre les mesures préliminaires nécessaires.

De réactive, la politique d'un grand nombre d'organismes publics est devenue clairement proactive. On réfléchit à ce qu'il faut faire en cas de problème grave dans une entreprise ou un organisme public ; aux processus critiques qu'il y a lieu d'activer en pareil cas. Le récent relèvement du niveau d'alerte terroriste ou les catastrophes naturelles sont évidemment des situations exceptionnelles extrêmement rares. Mais il n'est pas exagéré de se préparer au scénario du pire.

Pour désigner les plans proposés aux entreprises visant à gérer les situations de risque, on parle encore souvent de disaster recovery quand il s'agit d'incidents informatiques et de business continuity dans un contexte économique. Ces termes sont en réalité dépassés et il est préférable de parler de business resilience (capacité de reprise). Comment garantir la continuité de l'activité de mon entreprise malgré des événements relativement soudains et inattendus?

Les entreprises et les organismes publics doivent prévoir les procédures et les outils adéquats pour faire face. Si tel est le cas, ils peuvent réagir à des événements brutaux en faisant preuve d'une grande agilité. Un plan par étapes peut être élaboré, avec la liste des mesures à prendre et des personnes responsables. En cas de calamité, il suffit de déployer le business continuity plan ainsi établi pour relever l'activité de l'entreprise à un niveau acceptable dans un délai convenu. Un tel plan n'est certes pas un luxe inutile.

La continuité d'activité ne concerne pas à proprement parler la calamité mais son impact sur la gestion de l'entreprise, le plus grave étant que cette dernière ne peut plus respecter ses obligations de livraison ou encourt un déficit d'image tel qu'elle perd des clients voire des revenus. Et dans certains cas, de façon structurelle. Les clients et la confiance s'en vont très vite. Ils reviennent infiniment plus lentement. Alors que les dommages directs engendrés par des situations de crise - un incendie, par exemple - sont souvent assurés, les dommages indirects - comme le fait de ne pas pouvoir respecter les délais de livraison et les pertes de revenus que cela occasionne - sont généralement impossibles à assurer. D'où l'importance d'envisager dans le business continuity plan non seulement les conséquences financières mais aussi les conséquences opérationnelles d'une calamité.

Des mesures préventives peuvent être mises en place, même si elles ne permettront jamais de se prémunir totalement _ aucun scénario de catastrophe n'étant écrit à l'avance. En revanche, les effets sont extrêmement prévisibles. Par conséquent, il est possible de dresser une liste de mesures ou de plans pour les situations de crise et d'éviter ainsi qu'elles deviennent une menace pour la continuité de l'entreprise. Lors de l'élaboration de ce type de plan, il est recommandé d'impliquer à la fois des responsables stratégiques, tactiques et opérationnels.

Ludo Jappens, Conseiller "business continuity & crisis management" chez Belfius

En savoir plus sur:

Nos partenaires