"Si TF1 arrive, nous allons devoir revoir notre business model"

05/12/16 à 10:42 - Mise à jour à 10:42

Source: Belga

L'arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge pourrait menacer tout l'écosystème médiatique francophone, a mis en garde ce week-end l'administrateur délégué de RTL Belgium, Philippe Delusinne, dans un entretien accordé à L'Echo.

"Si TF1 arrive, nous allons devoir revoir notre business model"

L'administrateur délégué de RTL Belgium, Philippe Delusinne. © Belga

"C'est tout un écosystème qui est menacé. Non seulement RTL, qui ne vit que de la publicité, mais aussi toute l'industrie, la RTBF, les producteurs et les groupes de presse actionnaires de RTL via Audiopresse, c'est-à-dire IPM, Rossel et Corelio", explique M. Delusinne.

"Si TF1 arrive, nous allons devoir revoir notre business model. Cela veut dire que ce qui est monétisable auprès des annonceurs, comme les séries US, resterait et que ce qui n'est pas monétisable et qui coûte cher en production, comme les news et les émissions politiques du dimanche, pourrait être réduit, tout comme les productions propres", avance-t-il.

"Cela transformera automatiquement la RTBF en sorte de monopole d'Etat", ajoute l'administrateur délégué de la chaîne privée.

"On risque de devoir acheter davantage de programmes bon marché plutôt que de produire localement", résume encore M. Delusinne, qui souligne en outre que l'impact sur l'emploi pourrait être considérable. "Cela m'affecterait énormément de devoir me séparer de personnes pour des motifs purement économiques en raison de l'arrivée d'un prédateur."

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires