Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

24/10/17 à 15:24 - Mise à jour à 15:24

'Méfiez-vous des avis sur le Net: 35% sont faux !'

La plupart d'entre nous sont collés plusieurs heures par jour devant notre écran ou devrais-je dire nos multiples écrans. Et au gré de nos recherches sur Internet, nous tombons bien souvent sur des avis anonymes publiés sur les sites de ventes ou de comparaisons.

'Méfiez-vous des avis sur le Net: 35% sont faux !'

© istock

On a beau nous répéter de nous méfier des avis anonymes sur le Net, à chaque fois, nous tombons malgré tout dans le panneau. Une récente étude de la direction de la concurrence en France, qui date du 6 octobre, démontre que 35% des commentaires posés sont des faux, des avis frauduleux. Ils sont censés nous manipuler, nous embellir la situation afin de nous inciter à l'achat.

Ce chiffre de 35% d'avis-bidons est d'autant plus important à garder à l'esprit qu'aujourd'hui, sans nous en rendre compte, nous basons beaucoup de nos décisions sur ces avis. Lorsque nous avons déniché l'hôtel le moins cher qui correspond à nos goûts, nous nous réconfortons avec les avis anonymes. Lorsque nous voulons trouver un plombier, un électricien ou acheter la meilleure paire d'écouteurs, à chaque fois, nous nous basons sur ces avis anonymes.

Leur influence est tellement forte que "74% des internautes ont déjà renoncé à acheter un produit à cause de commentaires négatifs", précise le journal Le Monde. Autrement dit, l'avis en ligne est pris très au sérieux par les consommateurs, alors que cette étude française montre que nous devrions, au contraire, nous en méfier.

Partager

Les faux avis sur le Net sont comme les fake news: ils pullulent et on ne s'en rend même pas compte

Mais le drame, souligné là encore par mes confrères du journal Le Monde, c'est que les citoyens qui en sont conscients pensent naïvement qu'ils ont la capacité de détecter les faux avis. Pourtant, les études consacrées à ce sujet démontrent qu'il n'en est rien. En réalité, une fois sur deux en moyenne, le consommateur n'y arrive pas: en dépit de ce qu'il croit, il ne peut faire le distinguo entre les vrais et les faux commentaires. Au fond, ces faux avis, c'est exactement comme les "fake news" chères à notre ami Donald Trump. Ils pullulent partout et on ne s'en rend pas compte.

Le gros souci, c'est que nous sommes tous devenus accrocs à ces avis. Il n'y a pas un site où vous ne verrez pas un classement avec une ou des étoiles, un ou plusieurs smileys. Bref, notre monde est devenu un monde de notation et de comparaison, constamment et continuellement.

Sachant cela, il faudrait donc idéalement se baser sur des labels qui attestent l'authenticité des informations que l'on a devant les yeux. Mais mes confrères du Monde ont raison d'ajouter que même quand ces labels existent, l'internaute n'est souvent pas au courant et reste sourd et aveugle aux avertissements.

En savoir plus sur:

Nos partenaires