Funny Bands : des bracelets en or

25/10/10 à 16:52 - Mise à jour à 16:52

Source: Trends-Tendances

Trois millions d'exemplaires vendus en Belgique en six semaines à peine. Dans les cours d'école, l'échange des bracelets colorés dope le "business" de Funny Bands.

Funny Bands : des bracelets en or

Frédéric Dubois le reconnaît sans détour : il a carrément pompé l'idée aux Américains. Le fondateur-directeur de la marque belge Funny Bands s'est en effet inspiré du succès des bracelets colorés aux Etats-Unis pour développer le concept sur le territoire européen. Drôle d'histoire pour cet homme d'affaires qui est également managing director de la société Eureca Mobile, une entreprise spécialisée dans les systèmes de géolocalisation pour véhicules (plus de 100.000 euros de bénéfice net pour l'exercice 2008-2009).

"Cette mode des bracelets multiformes génère aux States un business annuel de 200 millions de dollars, constate Frédéric Dubois. En juin, j'ai donc décidé de créer ma marque avec l'objectif d'être prêt pour la rentrée scolaire."

Hyper-motivé, le patron de Funny Bands teste directement le marché belge et distribue gratuitement, au mois d'août, plus de 6.000 bracelets sur les plages. Les enfants mordent à l'hameçon et en redemandent d'emblée. La raison de leur intérêt soudain ? Ces accessoires magiques retrouvent leur forme initiale (un animal, une voiture, un sport...) lorsqu'on les retire du poignet.

De nouveaux relais de croissance

La machine est lancée, le patron de Funny Bands inaugure la commercialisation en septembre et structure son réseau de distribution. En six semaines, ce ne sont pas moins de trois millions de bracelets qui ont été écoulés (prix public : 5 euros pour une pochette de 24 exemplaires). Si Frédéric Dubois refuse de dévoiler les bénéfices engrangés, il reconnaît que "les marges sont confortables" et que la marque est toujours en pleine phase de lancement.

"L'objectif est de développer Funny Bands sur le continent européen (Ndlr, la société a déjà attaqué les marchés luxembourgeois, français, suisse, hongrois et polonais) et d'entretenir la demande avec de nouveaux produits." Dans cette logique, la marque belge proposera bientôt de nouvelles séries limitées (comme des bracelets glitter à paillettes) et surtout de nouveaux accessoires d'ici deux semaines, à savoir des bagues et des colliers tout aussi multiformes et colorés.

Parmi les nouveaux relais de croissance, l'entreprise compte surtout développer les partenariats "B to B", à l'instar de l'opération menée avec le quotidien La Dernière Heure qui vient de passer une deuxième commande de bracelets à offrir prochainement à ses lecteurs sur le thème d'Halloween. Selon nos informations, une autre commande importante vient d'être signée par Coca-Cola pour promouvoir ses boissons en grandes surfaces. "Le produit est évolutif, nous sommes donc confiants pour l'avenir, conclut Frédéric Dubois. Nous allons d'ailleurs engager du personnel et nous nous réjouissons surtout de continuer à payer nos factures en dollars auprès de nos fournisseurs chinois." Pour la PME belge, la réévaluation du yuan n'a donc vraiment rien d'urgent.

Frédéric Brébant

Retrouvez Frédéric Brébant chaque jeudi matin vers 9 h 45 dans l'émission "Bonjour quand même" de Jean-Pierre Hautier sur La Première (RTBF radio).

En savoir plus sur:

Nos partenaires