Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

30/12/11 à 09:39 - Mise à jour à 09:39

Prévision n'est pas raison !

A la fin de l'année, c'est toujours la même chose : les prévisionnistes s'en donnent à coeur joie pour dire comment ils voient les choses pour l'année suivante. Et comme le ridicule ne tue pas, chaque année, ils refont le même exercice. 50% du temps, pour ne pas dire plus, leurs prévisions sont à côté de la plaque.

Mais qu'importe, c'est devenu un rituel maintenant et puis même si l'on se trompe lourdement, après tout, l'épargnant a la mémoire courte.

Je ne vais pas vous assommer avec la liste des économistes qui prévoient ceci ou cela pour 2012. Mais retenez, en vrac, que certains qui ne croyaient pas à la fin de l'euro, pensent que ce scénario a quand même une probabilité de 10 à 15% de se réaliser, alors que cette probabilité était nulle en 2011...

D'autres prévoient que les mesures imposées par Merkel à l'ensemble de l'Europe ne seront pas suffisantes et donc, la crise de la dette continuerait de plus belle.

Sans oublier un effondrement des marchés financiers de 25%, ce qui pousserait l'Union européenne à fermer toutes les Bourses et toutes les banques d'Europe pendant une semaine. Là pour le coup, on est carrément dans le scénario de l'apocalypse.

D'autres encore, prévoient même l'éclatement de la bulle immobilière dans les pays occidentaux qui avaient été épargnés jusqu'ici, et la Belgique ne serait pas épargnée par ce scénario noir.

Bon, j'arrête là ces pronostics car mon souhait n'est pas de plomber votre fin d'année, que du contraire !

Premier réflexe à avoir : ne pas écouter les Cassandre. Comme le disait récemment Bart De Smet, le patron d'Ageas, l'ancien Fortis Assurance, en ce moment, il semble que certains experts s'amusent à prédire le pire uniquement pour pouvoir exister aux yeux des médias !

Regardons les choses calmement : 2011 a été une mauvaise année en Bourse, c'est vrai, mais finalement pas aussi dramatique qu'on pouvait le penser. Et puis, ne l'oublions pas, la grande majorité des Belges n'a pas ou très peu d'actions !

Autre élément important, aucune banque ni aucune compagnie d'assurance n'a fait faillite ou laissé sur le carreau ses déposants malgré une année très difficile !

Quant à l'euro, on a annoncé son décès depuis des mois, or, il se porte bien, autour de 1,30 dollar pour un euro, alors que son niveau le plus bas était de 0,82 dollar pour 1 euro en 2009.

Bref, même si les choses ne sont pas faciles, rien ne justifie une déprime. Surtout quand on compare la situation de la Belgique à celles d'autres pays comme l'Espagne, l'Italie sans même parler de la Grèce.

Un pays dont les citoyens peuvent sortir 5,7 milliards d'euros en quelques jours pour souscrire massivement à des bons d'Etat promus par un Premier Ministre sortant, est tout sauf un pays moribond !

Meilleurs voeux pour 2012.

Nos partenaires