Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

17/06/11 à 09:41 - Mise à jour à 09:41

Pourquoi les TV connectées font trembler les chaînes gratuites

L'arrivée en masse des téléviseurs connectés à l'Internet fait peur aux opérateurs télécoms et aux chaînes de télévision gratuites. Autrement dit, celles qui sont financées uniquement par la publicité.

L'arrivée en masse des téléviseurs connectés à l'Internet fait peur aux opérateurs télécoms et aux chaînes de télévision gratuites. Autrement dit, celles qui sont financées uniquement par la publicité.

A priori, ces nouvelles télévisions connectées sont là pour le confort des téléspectateurs. Pour des fabricants comme Samsung, c'est une manière d'offrir des services familiaux, par exemple la possibilité de regarder des photos, d'avoir la météo locale ou de faire des vidéoconférences via Skype, système de téléphonie gratuit désormais intégré dans ces nouveaux téléviseurs.

En revanche, les opérateurs télécoms ou fournisseurs d'accès à l'Internet ne voient pas nécessairement d'un bon oeil l'arrivée de ces nouveaux téléviseurs. La question qui risque de se poser à eux est la suivante : comment pourront-ils maintenir une offre triple play - télévision, Internet et téléphone - à un prix fixe par mois, si, par ailleurs, la télévision ne passe plus via leur petit boîtier ? Si cela devait être le cas, leur offre triple play serait de facto réduite à une offre double play et leur forfait devrait diminuer.

La question se pose de manière un peu différente selon les pays européens, mais la question est là ! Dans certains pays, la manne de la vidéo à la demande risque également de disparaître au profit de ces téléviseurs connectés à l'Internet. D'où la peur dont je vous parlais tout à l'heure.

En France, par exemple, le débat fait déjà rage, notamment du côté des chaînes gratuites qui ont peur de voir la publicité partir vers d'autres cieux. Il suffirait d'un accord entre YouTube et plusieurs maisons de production hollywoodiennes pour qu'on puisse diffuser leurs films et leurs séries sur les TV connectées. Le drame est identique si des accords similaires devaient être signés pour des grands événements sportifs internationaux.

Pour le moment, ces accords font peur mais n'existent pas encore. Avec l'arrivée des téléviseurs connectés à l'Internet, la boîte de Pandore est cependant ouverte. Et il suffit de voir la concurrence très rude portée par l'Internet à l'industrie de la musique, puis à celle de la presse, pour comprendre que les chaînes de télévisions gratuites pourraient être la prochaine cible du Web.

Nos partenaires