Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/01/10 à 15:23 - Mise à jour à 15:23

Pourquoi les négociants en pétrole voient l'avenir en noir

Les Belges qui font leur plein d'essence se posent souvent la question de savoir si le prix de l'essence ou du diesel va encore augmenter. La réponse est hélas : oui !

Pourquoi les négociants en pétrole voient l'avenir en noir

Les Belges qui font leur plein d'essence se posent souvent la question de savoir si le prix de l'essence ou du diesel va encore augmenter. La réponse est hélas : oui ! Pourtant, cette réponse plutôt pessimiste n'est pas évidente en soi. D'abord parce que le pétrole a déjà atteint des sommets, le baril flirtant avec les 130 dollars. On serait donc en droit de s'attendre à une baisse, puisque l'hiver est derrière nous et que les Américains, qui sont les plus gros consommateurs de pétrole sont entrés en récession.

Voilà pour la logique. Hélas, cette logique n'est pas respectée. Malgré l'entrée en récession des Etats-Unis, la demande pour le pétrole n'a pas diminuée, car la baisse de la demande américaine a été compensée par la hausse de la demande en énergie de pays comme la Chine, l'Inde et le Brésil.

L'autre raison qui fait penser que le baril de pétrole ne redescendra pas de son sommet, c'est ce que les spécialistes appellent le "marché des futures". En clair, le marché financier sur lequel se négocie le pétrole de demain et non pas d'aujourd'hui. Si l'on regarde les cours sur ce marché, on constate que la livraison d'un baril en 2016 se fera au prix de 140 dollars, soit beaucoup plus qu'aujourd'hui. Cela veut dire quoi ? Tout simplement que les négociants en pétrole ne prévoient pas d'accalmie mais, au contraire, une hausse graduelle des cours actuels.

La question est maintenant de savoir pourquoi ces négociants en pétrole sont à ce point pessimistes sur notre avenir pétrolier. Je ne dis pas qu'ils ont raison Mais voici la partie la plus visible de leur raisonnement. La Chine abrite 1,3 milliard d'habitants, soit quatre fois plus que les Etats-Unis. Or, en ce moment, chaque Américain utilise 10 fois plus de pétrole qu'un Chinois. Cela, c'est pour l'image d'aujourd'hui : à mesure que les Chinois s'enrichiront, ils adopteront un mode de vie plus conforme aux normes occidentales.

En pratique, cela signifie qu'aujourd'hui, il n'y a que 20 voitures pour 1.000 habitants en Chine, un chiffre à comparer avec les 950 voitures pour 1.000 habitants aux Etats-Unis. En d'autres termes, si vous savez qu'un Chinois sur 20 seulement dispose d'une voiture pour le moment. Pensez-vous vraiment que l'essence restera bon marché demain ou après-demain ? Poser la question, c'est déjà y répondre.

Nos partenaires