Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

03/01/11 à 11:52 - Mise à jour à 11:52

Pourquoi les huîtres risquent de déserter votre assiette

Si vous avez l'occasion de déguster des huîtres entre Noël et Nouvel an, profitez-en doublement car il est probable que, d'ici quelques mois, ce plat incontournable du réveillon soit hors de prix, voire indisponible.

Si vous avez l'occasion de déguster des huîtres entre Noël et Nouvel an, profitez-en doublement car il est probable que, d'ici quelques mois, ce plat incontournable du réveillon soit hors de prix, voire indisponible. Du fait d'une surmortalité inexpliquée, les huîtres risquent de disparaître de nos assiettes ou, en tout cas, d'y être moins présentes.

En France, premier producteur d'huîtres en Europe avec 130.000 tonnes par an, le constat est affligeant : il manque 40 % d'huîtres en volume cette année ! Ce ne sont pas les autres producteurs d'huîtres qui peuvent compenser. L'Irlande et les Pays-Bas, les deux autres concurrents, ne produisent en effet que 9.500 tonnes à eux deux, loin des 130.000 tonnes de la France. De toute façon, cette surmortalité touche la France mais également les autres pays européens depuis trois étés consécutifs.

Cela fait dire à certains mareyeurs que, si ce phénomène de surmortalité se reproduit l'été prochain, ils seront tous au chômage pendant trois ans. Pourquoi trois ans ? Parce qu'il faut trois ans minimum pour que l'huître soit consommable !

En attendant, deux dangers guettent le marché de l'huître. Le premier, c'est que les prix s'envolent. Le Figaro a relevé que le prix de l'huître avait grimpé de 30 % à 50 %, surtout pour les calibres les plus demandés, les numéros 3 et 4, soit les huîtres de taille moyenne.

Le second danger, c'est que cette surmortalité inexpliquée risque de mettre au chômage toute une filière économique, qui représente environ 4.000 entreprises en France et 11.000 emplois directs. Des emplois qui sont suspendus aux recherches menées tambour battant par les chercheurs de l'Ifremer pour tenter de déceler la cause de cette surmortalité.

Entre l'hypothèse d'une pollution des rivières, celle du réchauffement climatique ou encore la multiplication des huîtres d'écloserie qui sont réputées plus fragiles, il n'y a cependant, à ce jour, aucune explication convaincante et donc aucune solution définitive à l'ordre du jour. Si, l'été prochain, rien ne change, vous comprendrez pourquoi les huîtres auront déserté votre assiette. Raison de plus pour en profiter un maximum en cette période de fin d'année.

Nos partenaires