Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

11/02/11 à 11:04 - Mise à jour à 11:04

Pourquoi les Belges chérissent tant leur livret d'épargne

Les Belges ont mis sur ces livrets d'épargne un montant record de quasi 215 milliards d'euros. On est donc loin des 145 milliards de l'automne 2008...

Les livrets d'épargne ont plus que jamais la cote auprès des Belges. La preuve, c'est que les Belges ont mis sur ces livrets d'épargne un montant record de quasi 215 milliards d'euros. On est donc loin des 145 milliards de l'automne 2008... Il faut dire qu'entre-temps, la crise est passée par là et que la peur de l'avenir a forcé les Belges à se transformer en fourmis.

215 milliards d'euros, c'est tout de même énorme, surtout pour des livrets d'épargne qui rapportent peu. Je dirais même qu'aujourd'hui, leur rendement est négatif !

Pour calculer le rendement réel de votre livret d'épargne, il suffit d'additionner le taux de base et la prime de fidélité, et d'enlever le taux d'inflation. Vous constaterez que ce taux réel est négatif. C'est normal : n'oubliez pas qu'en 2010, le taux d'inflation était de 2,2 % en Belgique, et pour 2011, cela ne risque pas de s'arranger, vu la hausse du baril de pétrole et de certaines matières premières, agricoles notamment. Comme, d'un autre côté, les taux d'intérêt à court terme restent bas, le taux réel - autrement dit, votre rendement réel - risque de rester négatif.

Si c'est le cas, pourquoi donc les Belges s'entêtent-ils à garder 215 milliards d'euros sur ces livrets d'épargne ? Parce que, pour avoir du rendement supplémentaire, il faut soit acheter des actions - mais le risque lié aux actions en effraie plus d'un - soit des produits d'assurance de la branche 21. Dans ce second cas, cependant, les intérêts sont soumis au précompte mobilier et l'échéance est de huit ans. Traduction : vous ne pouvez toucher à cet argent pendant huit ans sans pénalité.

Si les livrets d'épargne ont encore autant de succès malgré leur rendement négatif, c'est bien en raison de la disponibilité des fonds placés. Ce qui est une erreur de jugement, car, si vous touchez à cet argent, vous perdez la prime de fidélité et votre rendement est encore plus négatif. L'autre raison, c'est l'exonération du précompte mobilier et la garantie du Fonds de protection des dépôts.

Ceci dit, la vraie raison est plus triviale : le Belge met son argent sur les livrets d'épargne parce que toutes les autres solutions lui semblent, à tort ou à raison, plus risquées. Ce n'est donc pas un choix du coeur mais de raison.

Nos partenaires