Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

14/07/10 à 09:40 - Mise à jour à 09:40

Pourquoi le Mondial ne sauvera pas la zone euro

Le Mondial ne sauvera pas la zone euro mais il donnera sans doute un coup de pouce à l'Espagne. Telle est l'une des conclusions des études économiques réalisées par ABN Amro.

Le Mondial ne sauvera pas la zone euro mais il donnera sans doute un coup de pouce à l'Espagne. Telle est l'une des conclusions des études économiques réalisées par la banque ABN Amro sur la relation entre la Coupe du monde et la santé économique de la zone euro.

Pour les experts d'ABN Amro, des habitués de ce genre d'étude, une victoire en finale a pour effet d'augmenter de 0,25 % le produit intérieur brut de la nation gagnante, et ce, grâce à une hausse des dépenses de consommation. Ce petit coup de pouce serait dû à des facteurs psychologiques : les amateurs de foot dont l'équipe nationale gagne la Coupe du monde se sentent très heureux, consomment plus et ont une meilleure productivité !

En revanche, lorsqu'il s'agit de déterminer quel sera l'impact sur la zone euro d'une victoire de l'Espagne, l'étude de la banque néerlandaise est plus nuancée. Autant la Coupe du monde est bonne pour l'Espagne et le moral de ses habitants, autant il aurait fallu que ce soit l'Allemagne qui la gagne pour avoir un impact maximum sur la zone euro !

Des trois critères décisifs analysés par ABN Amro, le plus important est en effet celui de la balance commerciale du pays gagnant. Si sa balance est excédentaire, le fait de remporter la Coupe du monde provoque un regain de la consommation, ce qui a pour effet d'augmenter les importations en provenance des autres pays européens et de réduire l'excédent de la balance commerciale du pays en question au profit des autres pays européens.

Le seul problème, c'est que l'Espagne n'a pas une balance commerciale excédentaire. Sa victoire n'aura donc pas beaucoup d'impact sur les autres pays de la zone euro. L'idéal aurait été une victoire de l'Allemagne qui, elle, affiche un gros excédent commercial.

Lorsqu'on sait qu'en Espagne, le taux de chômage officiel est de 20 %, je crois cependant que cette Coupe du monde leur fera du bien. Et c'est finalement l'essentiel.

Nos partenaires