Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

23/08/10 à 09:34 - Mise à jour à 09:34

Pourquoi la Chine ne fête pas sa 2e place mondiale

C'est officiel : la Chine est devenue la 2e puissance économique du monde en termes de PIB. Le passage de témoin entre le Japon et la Chine a eu lieu durant le deuxième trimestre de 2010.

C'est officiel : la Chine est devenue la 2e puissance économique du monde en termes de PIB. Le passage de témoin entre le Japon et la Chine a eu lieu durant le deuxième trimestre de 2010. C'est en effet durant cette période que le PIB chinois a pour la première fois dépassé celui du Japon.

Pour la Chine, c'est la consécration. Ces 10 dernières années, elle a dépassé toutes les grandes économies mondiales : la France, la Grande-Bretagne et, en 2007, l'Allemagne. Il ne lui reste plus qu'à éclipser les Etats-Unis, ce qui est prévu pour 2027 selon la banque d'affaires américaine Goldman Sachs.

Pour les Chinois, c'est un juste retour des choses ou, si vous voulez une revanche sur l'Histoire. Entre le 16e siècle et l'année 1870, la Chine a toujours été la première économie du monde. Il y a donc eu une parenthèse d'un siècle que les Chinois veulent effacer au plus vite !

Les Japonais, direz-vous, doivent être vexés de se voir dépassés par leur plus vieil ennemi. Eh bien, pas du tout ! Une bonne partie des exportations de la Chine sont le fait d'entreprises japonaises installées en Chine. Autrement dit, le made in China est bien souvent un made in China by Japan. En outre, une Chine qui se porte bien est une bonne nouvelle pour des entreprises comme Nissan, Toyota et Honda. Les voitures sont quatre fois moins nombreuses en Chine qu'au Japon : l'enrichissement des Chinois profitera donc, à nouveau, en priorité aux entreprises japonaises.

Soyons honnêtes, la Chine est restée très discrète sur cette accession au poste de 2e économie mondiale. Le Chinois se fiche de ce classement : ce qu'il voit, c'est qu'il est toujours aussi pauvre qu'avant ! Si l'on divise le PIB chinois par son nombre d'habitants - la vraie mesure de richesse d'un pays - on constate, c'est vrai, que le Chinois ne pèse que 4.000 dollars par an, soit 10 fois moins que le citoyen japonais. Même si l'on adapte cette mesure au niveau de vie des Chinois, ceux-ci restent au 98e rang mondial en termes de richesse individuelle.

Oui, la Chine est désormais la 2e économie du monde, mais le pauvre chinois, lui, reste confiné tout en bas du classement. Une position potentiellement dangereuse en termes de remous sociaux. Ce qui explique la discrétion du Parti communiste chinois.

Nos partenaires