Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

16/02/12 à 10:36 - Mise à jour à 10:36

Pourquoi la Chine fait volte-face pour aider l'Europe

La Chine est bien plus dépendante de l'Occident que l'inverse. Il fallait le dire...

La nouvelle la plus importante de la semaine, ce n'est pas l'annonce - prévisible - que Sarkozy sera candidat à la présidentielle. Non, l'info importante, c'est que la Chine va enfin venir au secours de l'Europe. Cette fois, ce n'est plus une rumeur mais une information officielle. Et pourquoi la Chine viendrait-elle en Europe ? Réponse : parce que la Chine a peur pour ses exportations, qui restent le moteur de sa croissance.

Si l'Europe plonge en récession, la Chine a bien compris qu'elle en fera les frais et que sa croissance chutera. Résultat de cette peur bleue : le président de la banque centrale chinoise s'est engagé à aider l'Europe.

Pourtant, la Chine a longtemps hésité avant d'annoncer son aide. Par presse interposée, les Chinois ont estimé qu'ils n'avaient pas à aider l'Europe, qui est plus riche qu'eux ! Et lorsque la Chine a été sollicitée par les dirigeants européens pour mettre un peu d'argent dans les différends fonds de soutien européen, les autorités chinoises avaient fait la fin bouche, disant même qu'elles préféraient acheter des entreprises européennes, de préférence des fleurons technologiques, que d'acheter de la dette européenne.

Mais voilà, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. C'est par la bouche du patron de la banque centrale chinoise qu'on a appris que la Chine, non seulement ne vendrait pas ses emprunts d'Etat européens, mais qu'en plus, elle s'est engagée à investir massivement dans les fonds européens.

Pourquoi ce changement de position ? Parce que la Chine a finalement plus besoin de l'Europe que l'Europe n'a besoin de la Chine. Et ce n'est pas étonnant : sans croissance européenne, pas de croissance des exportations chinoises, et sans exportations chinoises, pas de croissance en Chine, et donc danger d'explosions sociales. CQFD.

En outre, comme le fait remarquer un spécialiste, la Chine a peur de la situation financière des Etats-Unis. Elle ne peut pas dépendre que du dollar et donc, elle doit absolument diversifier ses investissements pour ne pas être balayée en cas de krach obligataire aux Etats-Unis.

En conclusion, la Chine est donc bien plus dépendante de l'Occident que l'inverse. Il fallait le dire.

Nos partenaires