Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

04/03/14 à 11:29 - Mise à jour à 11:29

Pourquoi l'or grimpe-t-il en flèche ?

L'or a grimpé de 12% depuis le 1er janvier dernier pour tourner autour de 1.350 dollars l'once ! Cette reprise de couleurs en a étonné plus d'un... Souvenez-vous, le métal jaune avait terminé l'année 2013 avec une baisse de 29%, ce qui avait refroidi même ses plus ardents défenseurs.

Vu ce changement d'attitude depuis deux mois maintenant, plus personne n'ose trop pronostiquer l'évolution de l'or au cours des prochains mois. Et surtout, plus personne n'ose dire qu'il en achète. Comme si le métal jaune, considéré à juste titre pendant plusieurs années comme un placement refuge, était devenu au fil du temps, et surtout depuis 2013, une sorte de placement honteux !

À vrai dire, ce qui étonne les spécialistes, c'est que normalement l'or se nourrit des difficultés ou des craintes: que ce soit de l'implosion de la zone euro ou une baisse dramatique des actions, un plongeon du dollar ou une éventuelle guerre entre nations importantes. Bref, vu que nous ne sommes pas dans ce scénario - grâce au ciel - l'or ne devrait pas trop bouger, ou en tout cas prendre l'ascenseur comme il le fait depuis le 1er janvier 2014.

L'or n'a même pas l'excuse d'une envolée de l'inflation puisque comme vous le savez aujourd'hui, le vrai danger, c'est la déflation, autrement dit, la baisse des prix. Alors, sachant tout cela, pourquoi le métal jaune grimpe-t-il ?

La seule explication qui ressort aujourd'hui, c'est l'appétit des Chinois, de la classe moyenne chinoise, pour l'or. Au point qu'aujourd'hui les premiers acheteurs mondiaux d'or sont les Chinois devant les Indiens !

Cependant, malgré cet intérêt chinois, d'autres experts pensent qu'il faut rester en retrait de ce marché de l'or, car les investisseurs qui ont vendu massivement en 2013 ne sont pas encore revenus sur ce marché. Mais c'est vrai, l'hémorragie est au moins arrêtée.

Pourtant, entre ceux qui vous disent qu'il faut continuer à disposer d'un peu d'or dans son portefeuille - de l'ordre de 5% - et puis ceux qui, comme la banque d'affaires Goldman Sachs, prévoient que le métal jaune terminera l'année à 1.050 dollars l'once - c'est-à-dire nettement sous le cours actuel - avouez que l'épargnant lambda ne sait plus quoi penser. Mais c'est cela aussi le charme des placements. Si la réponse était évidente, tout le monde serait riche comme Crésus.

Nos partenaires