Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

12/09/12 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Pourquoi l'Europe fait-elle moins rêver aujourd'hui?

Posez la question à un économiste et demandez-lui pourquoi la crise de l'euro dure aussi longtemps, il vous dira que c'est parce que l'Europe a été construite à l'envers.

En bref, on a adopté une monnaie commune avant même d'avoir un budget commun ou une fiscalité commune. Aujourd'hui, la réponse à la crise de l'euro consiste à chercher à avoir plus d'Europe. Cependant, les sondages le montrent aujourd'hui, au niveau des populations, c'est le chacun-pour-soi qui prévaut. Les Allemands ou les Hollandais, par exemple, ne veulent plus parler d'une aide en faveur des pays du sud de l'Europe. D'où la question : mais pourquoi l'Europe fait-elle moins rêver aujourd'hui qu'hier ?

La première raison, c'est que l'Europe a été construite sur le "plus jamais ça". Les survivants des deux Guerres Mondiales ne sont plus très nombreux aujourd'hui. Donc, les populations actuelles croient que l'Europe a toujours vécu pacifiée, l'appétit vers plus d'Europe a donc disparu. La deuxième raison qui a fédéré les Européens, c'est la menace soviétique, or, celle-ci a disparu et Poutine fait moins peur que Staline. Voilà un élément fédérateur en moins. La troisième raison, c'est l'Allemagne. En effet, pour se faire pardonner ses crimes durant la deuxième guerre mondiale mais aussi pour obtenir l'autorisation des autres pays de réunifier son pays, l'Allemagne a joué à fond la carte de la construction européenne. Mais aujourd'hui, la réunification de l'Allemagne est un fait accompli et l'idéalisme européen a quelque peu disparu en Allemagne. La quatrième raison est la suivante : la crise est passée par là. Avant, l'Europe était synonyme de hausse du niveau de vie, d'une sécurité sociale confortable, mais à cause des dettes publiques, de la charge liée au vieillissement de la population, l'Europe n'a plus les moyens de ses ambitions. Les jeunes chômeurs grecs et espagnols vont donc souvent tenter leur chance ailleurs qu'en Europe. C'est dommage, car malgré tous nos défauts, il faut rappeler que c'est l'Europe qui a gagné le plus de médailles aux derniers Jeux Olympiques et que c'est elle qui, aujourd'hui encore, dispose de la plus grande économie du monde. L'amnésie ambiante ne joue hélas pas en faveur de notre continent.

Nos partenaires