Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

25/05/11 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

Pourquoi l'argent divorce de l'or

Après avoir grimpé ensemble, le métal blanc a vu son prix se dégonfler en un mois. A l'inverse, la ruée vers l'or ne s'est pas tarie, au contraire.

L'or et l'argent divorcent. Après avoir grimpé ensemble, le métal blanc a vu son prix se dégonfler en un mois. L'once d'argent, qui valait encore 48 dollars voici quatre semaines, n'en vaut plus que 35 dollars. Ce désamour auprès des investisseurs tient au fait que les autorités de marché ont augmenté le niveau des dépôts obligatoires imposés aux spéculateurs. Cette hausse des dépôts décourage les allers et retours sur l'argent puisqu'il faut désormais bloquer une trésorerie plus importante que par le passé. Cela explique cette dégringolade de l'argent.

En revanche, l'or se porte plus que bien. Après avoir franchi son record en dollars il y a quelques semaines, il vient même de franchir un record en euros, avec une once d'or qui vaut aujourd'hui 1.080 euros ! Autrement dit, pour un lingot d'or d'un kilo, il faut aujourd'hui payer 34.300 euros, contre 8.000 euros durant l'année 2000.

Comme d'habitude, la hausse de l'or s'explique par la peur. La peur de voir le poids des dettes publiques en Europe faire fondre l'euro ou la valeur des obligations d'Etat. La perspective d'une dégradation des notes attribuées à des pays comme l'Italie et même notre Belgique a aussi ravivé les peurs sur l'état de santé des banques. N'oublions pas que la plupart des banques européennes sont gavées d'obligations d'Etat. En clair, la santé des banques dépend aussi de la santé des Etats.

Pour le reste, si l'or est si haut, c'est aussi en raison de l'intérêt porté au métal jaune par des pays émergents comme l'Inde. Dans ce pays, une bonne partie de la population n'a pas accès au système bancaire : l'épargne locale est donc placée en or souvent sous la forme de bijoux. En outre, que ce soit en Inde, en Russie ou en Chine, l'inflation a fortement grimpé dans ces pays émergents. Les taux d'intérêt réels sont négatifs. En clair, les investisseurs de ces pays ont tout intérêt à détenir de l'or pour se protéger de la perte de valeur de leurs actifs.

Le cocktail de tous ces éléments explique que la ruée vers l'or ne s'est pas tarie. Au contraire.

Nos partenaires