Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/11/12 à 11:00 - Mise à jour à 11:00

Pourquoi il est si ardu de constituer un budget de rigueur

Nos ministres ne se sont pas mis d'accord ce dimanche sur la manière d'équilibrer le budget fédéral. Ils vont donc se retrouver pour en rediscuter ce lundi. Il est vrai que ce gouvernement regroupe des partis très hétéroclites de droite et de gauche et chacun voudra sortir de ces discussions avec un biscuit à offrir à son électorat. Autrement dit, personne autour de la table ne veut perdre la face et c'est ce qui rend la discussion ardue.

Plutôt que de critiquer cette attitude, j'ai préféré vous parler aujourd'hui du dernier sondage Ipsos qui montre la difficulté à mettre en place des mesures qui soient acceptées par tous.
Prenez l'exemple d'une hausse de la TVA : seuls 8 % des 18-24 ans accepteraient une telle hausse. Mais la proportion passe à 22 % pour les personnes de 65 ans et plus. C'est normal et c'est bien connu des économistes : les seniors dépensent moins que les juniors et donc sont moins sensibles à la TVA. Autrement dit, ils sont d'accord pour faire un effort qui ne les concerne que modérément !

De même, et sans surprise, ce sont les plus hauts salaires (plus de 3.000 euros par mois) qui admettent plus facilement la hausse de la taxe sur la consommation : 20 % sont en faveur d'une hausse de la TVA. Là encore, la consommation pèse moins dans le budget conso d'un ménage avec des hauts revenus que pour un allocataire social.

Le sondage donne aussi une indication de l'attachement des Belges au système d'indexation : 5 % d'entre eux seulement sont favorables à sa suppression. Il y a peu de différences régionales. En revanche, une majorité des sondés (53 %) estime qu'on pourrait supprimer l'indexation pour les personnes ayant un salaire élevé. Là encore, c'est évident, les riches ce sont toujours les autres !

La société de sondage Ipsos a aussi demandé aux Belges s'ils étaient favorables à un saut d'index pour les fonctionnaires. Résultat : un Belge sur deux est pour, un Belge sur deux est contre. Et devinez quoi : si l'on sonde spécifiquement les fonctionnaires, ils sont 71 % à s'opposer à un saut d'index qui les toucherait.

Autrement dit, la conclusion de ce sondage confirme ce que tous les hommes politiques savent bien : les citoyens sont généralement pour la rigueur si on leur explique bien la raison de cette rigueur. Hélas, dès qu'on entre dans le détail des mesures, plus personne n'est d'accord et chacun préfère que ce soit le voisin qui fasse l'effort sous prétexte qu'il a déjà donné. Donc, si vous vous demandez pourquoi il est si difficile de confectionner un budget de rigueur, vous avez maintenant la réponse.

Nos partenaires