Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

01/09/10 à 14:24 - Mise à jour à 14:24

Pourquoi Google et Apple se battent autour de la VOD

Les deux firmes se bagarrent autour de la vidéo à la demande. L'enjeu est important en termes de rentrées publicitaires.

Entre Google et Apple, rien ne va plus. Les deux firmes s'affrontent déjà sur le terrain des téléphones intelligents, les fameux smartphones. Aujourd'hui, elles se bagarrent autour de la vidéo à la demande. Les deux géants technologiques souhaitent en effet s'allier avec les studios hollywoodiens pour lancer une plateforme globale de vidéo à la demande.

L'enjeu est important en termes de rentrées publicitaires. La consultation de vidéos sur le Net se développe à la vitesse VV'. Un internaute sur deux regarde des vidéos en ligne ou les télécharge. Le plus important, dans ce constat, c'est que l'internaute accepte plus facilement de regarder la publicité liée à cette vidéo. En général, elle prend la forme d'un spot diffusé avant que l'internaute visionne la vidéo, ce que les experts appellent un "pré-roll".

Comme le faisait remarquer le journal économique La Tribune, ce qui intéresse surtout les annonceurs - et donc aussi Google - c'est que le taux de mémorisation d'une publicité passée en "pré-roll" atteint 29 %. Un chiffre supérieur à tous les autres supports, à l'exception du bon vieux cinéma !

L'autre raison pour laquelle les marques sont friandes de publicité sur vidéo, c'est le fait que cet espace pub est valorisant, dans le sens où, pour ne pas dégoûter l'internaute, les sites limitent à deux le nombre de spots publicitaires diffusés avant une vidéo. Tout bénéfice pour le site, qui peut vendre cet emplacement plus cher qu'une simple bannière classique sur le Net. En pratique, en effet, le spot est vendu quatre à cinq fois plus cher qu'une bannière classique.

Cela démontre une fois encore que, derrière la liberté de regarder ce qu'on veut, quand on veut et où on veut, il y a d'abord et surtout un gros business qui se met petit à petit en place. Mais qui en doutait encore ?

Nos partenaires