Voiture de société : le "coup dans l'eau" du fisc belge

27/06/12 à 13:27 - Mise à jour à 13:27

Source: Trends-Tendances

La moitié des entreprises ont déjà modifié leur politique en matière de voitures de société. "Les mesures d'économie visées par le fédéral risquent-elles de manquer leur but ?", s'interroge Acerta, enquête à l'appui.

Voiture de société : le "coup dans l'eau" du fisc belge

© Thinkstock

Les mesures d'économie relatives aux voitures de société n'ont, et c'est un euphémisme, pas reçu un accueil des plus chaleureux auprès des professionnels belges des RH. "Nombreuses sont en effet les entreprises qui modifient leur Car Policy, si bien que ces mesures risquent au final de n'être qu'un coup dans l'eau", conclut Acerta au terme d'une enquête menée auprès de 715 de ces pros des ressources humaines.


Près de 73 % des répondants ont ainsi exprimé un avis négatif sur les mesures d'économie relatives aux voitures de société. Près de la moitié estiment que leur impact financier est "relativement important" et 17 % qu'il est "très important". Les répondants qui ne possèdent pas de véhicules de société se montrent, et c'est naturel, moins négativement disposés envers ces mesures (66 %) que ceux qui en possèdent (83 %).


Quelque 59 % des répondants se plaignent de la paperasserie qui découle de ces mesures. "Enfin, ils estiment qu'il s'agit de mesures à la petite semaine destinées purement et simplement à renflouer les caisses de l'Etat."


Nouveautés fiscales : trois entreprises sur quatre se sont adaptées


Les entreprises ont malgré tout pris leurs dispositions depuis l'instauration de ces mesures, continue Acerta : "50 % d'entre elles indiquent avoir modifié leur politique d'une manière ou d'une autre. Seule une petite minorité (12 %) a réduit le nombre de véhicules de société."


Il y a plus marquant, cependant : "Près de trois entreprises sur quatre ont opté pour d'autres véhicules, fiscalement plus avantageux. Les autres cherchent des solutions créatives pour contourner les mesures : prolongation de la période de leasing, prise en charge de la contribution supplémentaire des travailleurs par l'entreprise, etc."


Trends.be

Nos partenaires