Vers un cadastre des mandats dans les intercommunales ?

15/11/11 à 14:44 - Mise à jour à 14:44

Source: Trends-Tendances

Pour le MR, il n'y a pas de raison que les dirigeants d'intercommunales, dont les salaires sont parfois plantureux, échappent aux obligations de transparence imposées aux politiques. Le ministre-président wallon n'a pas dit non. Mais...

Vers un cadastre des mandats dans les intercommunales ?

© Belga

Le ministre-président wallon s'est montré ouvert, lundi, à l'idée d'un cadastre des mandats rémunérables au sein des intercommunales, comme l'a réclamé le député Pierre-Yves Jeholet (MR). Celui-ci a rappelé les obligations de transparence qui s'imposaient dans tous les secteurs de la vie politique. A ses yeux, il n'y a pas de raison que les dirigeants d'intercommunales, dont les salaires sont parfois plantureux, y échappent.

Rudy Demotte a énuméré les niveaux de contrôle auxquels sont soumis les élus (déclarations de mandats instaurées au niveau fédéral, déclarations de mandats et de rémunérations imposées au niveau wallon, tutelle, etc.). Il a toutefois accueilli positivement la proposition d'un cadastre, insistant notamment sur la possibilité d'une comparaison qu'elle ouvrait : "Pour moi, un échelon supplémentaire permettant un benchmark me semble un pas important à accomplir. Ce que vous proposez a une pertinence."

Dans son interpellation, Pierre-Yves Jeholet n'a pas manqué de mettre en avant le contrôle de plus en plus strict dont les députés font l'objet, si on les compare à des mandataires d'autres niveaux de pouvoir, en particulier dans les intercommunales, les organismes d'intérêt public ou les sociétés de logement.

"Quand on nous impose autant à nous, en tant que politiques, y a-t-il un problème à avoir un tel cadastre ?, a-t-il souligné. On ne peut pas être plus transparent !" Et d'évoquer son cas de député wallon, en mission parlementaire à Londres qui, comme ses collègues, s'est contenté à midi d'une gargote thaïe pour ne pas encourir les foudres du bureau de l'assemblée. "9,80 euros à Londres pour un thaï. J'ai été content de ne pas être malade après."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires