USA: la Maison Blanche rejette encore la proposition de la Chambre

15/10/13 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Trends-Tendances

La Maison Blanche a rejeté ce mardi le nouveau plan des républicains de la Chambre des représentants pour relever in extremis le plafond de la dette des Etats-Unis, l'assimilant à une demande de "rançon".

USA: la Maison Blanche rejette encore la proposition de la Chambre

© EPA

A deux jours de l'échéance d'un possible défaut de paiement, la présidence américaine a dit préférer un plan élaboré depuis deux jours par les chefs de file démocrate et républicain du Sénat. "Le président (Barack Obama) a dit et répété que les membres du Congrès n'avaient pas à exiger de rançon pour assumer leurs responsabilités fondamentales de voter un budget et de payer les factures du pays", a expliqué une porte-parole de l'exécutif démocrate, Amy Brundage, estimant que "malheureusement, c'est ce que fait la dernière proposition des républicains de la Chambre".

Mme Brundage a accusé les dirigeants républicains de cette assemblée d'avoir élaboré cette proposition "pour plaire à un petit groupe de républicains du Tea Party, ceux-là mêmes qui ont déclenché la paralysie de l'Etat" depuis le 1er octobre. "Les démocrates et les républicains du Sénat oeuvrent pour mettre fin, de bonne foi (...) aux crises artificielles qui ont déjà été préjudiciables aux Américains", a-t-elle poursuivi.

Rappelant qu'il ne restait que deux jours avant le risque d'un défaut de paiement sans précédent des Etats-Unis sur leur dette souveraine, la porte-parole a exhorté la Chambre à emboîter le pas aux sénateurs.

La Chambre devait voter dès ce mardi

Plus tôt ce mardi, les républicains majoritaires à la Chambre avaient annoncé un vote sur un texte relevant la limite de la dette jusqu'au 7 février et rouvrant l'Etat fédéral jusqu'au 15 janvier, un texte similaire dans ses grandes lignes au plan négocié par les sénateurs mais qui modifierait plus en profondeur la réforme de l'assurance-santé promulguée par M. Obama en 2010 et abhorrée par les conservateurs.

Selon cette nouvelle mesure élaborée par la Chambre, une taxe sur les appareils médicaux instaurée par la loi serait reportée de deux ans, et les élus du Congrès seraient privés des subventions fédérales qui leur permettent à eux, mais aussi aux ministres, de réduire le coût de leur assurance maladie. Selon le représentant Darrell Issa, le vote devait avoir lieu dès mardi.

"Nous allons voter aujourd'hui sur un texte que, selon nous, le Sénat peut trouver acceptable", avait déclaré cet élu à l'issue d'une réunion à huis clos du groupe républicain autour du président de la Chambre, John Boehner. Le texte devait renforcer aussi les contrôles visant à vérifier que les futurs bénéficiaires de subventions fédérales dans le cadre de la réforme de l'assurance maladie votée en 2010 remplissent bien les critères de revenus.

La semaine dernière, le président Barack Obama et ses adversaires de la Chambre n'étaient pas non plus parvenus à un compromis. La proposition de ce mardi aurait permis de rouvrir immédiatement la totalité des agences fédérale, fermées partiellement depuis deux semaines en raison de l'impasse budgétaire.

Nos partenaires