Un choc pétrolier profiterait aux villes wallonnes

28/04/11 à 13:39 - Mise à jour à 13:39

Source: Trends-Tendances

Une année de croissance économique : voilà ce que coûterait à la Wallonie un choc pétrolier à l'horizon 2025. Les communes les plus rurales seraient les plus touchées. Les villes, elles, pourraient profiter d'une inversion de l'exode urbain.

Un choc pétrolier profiterait aux villes wallonnes

© Thinkstock

Un choc pétrolier qui ferait doubler le prix du baril se traduirait, en Région wallonne, par une réduction du PIB de 2,2 % après 10 ans. Cela équivaudrait à perdre, étalé sur une décennie, une année de croissance économique, selon des chiffres du Bureau du plan présentés dans le cadre d'un colloque organisé mardi au Parlement wallon par le comité "pics de pétrole et de gaz".

Ce colloque, consacré notamment au rôle de la recherche dans l'atténuation des effets du pic pétrolier, précédait d'un jour le congrès mondial de l'Association for the Study of the Peak Oil (ASPO), qui se tient cette année du 27 au 29 avril en Belgique.

Il en est notamment ressorti qu'un choc pétrolier à l'horizon 2025 toucherait en particulier les communes les plus rurales, dont les atouts seraient réduits à néant par la hausse des prix du carburant. Les villes, elles, offriraient une meilleure résistance à l'augmentation des prix énergétiques et pourraient voir se renverser en leur faveur le mouvement d'exode urbain entamé voici un demi-siècle, selon une étude menée par six universitaires et publiée par la Conférence permanente du développement territorial en région wallonne (CPDT).

A plus long terme, une réduction des déplacements entre les lieux de résidence et de travail devrait être favorisée. Notamment par des mesures fiscales, afin de réduire sensiblement la consommation de pétrole.

Enfin, tant à court qu'à plus long terme, "le mouvement de dispersion de l'habitat devrait s'inverser au fur et à mesure que les prix pétroliers augmenteront, ce qui pourrait se produire de manière progressive ou plus brutale", concluent les chercheurs qui prévoient dans la foulée "des bouleversements importants dans l'utilisation de l'espace".

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires