Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

26/07/18 à 11:18 - Mise à jour à 14:57

"Trump assure qu'il veut défendre ses électeurs, mais la plupart de ses initiatives se retournent contre eux"

Après provoqué une guerre commerciale, Donald Trump veut maintenant provoquer une guerre avec l'OPEP, le cartel des pays exportateurs de pétrole. Il leur reproche de manipuler le prix du pétrole. Amid Faljaoui, notre chroniqueur éco, nous en dit plus sur cette nouvelle bataille du président américain.

"Trump assure qu'il veut défendre ses électeurs, mais la plupart de ses initiatives se retournent contre eux"

© AFP

Si le prix de l'essence à la pompe est aujourd'hui plus élevé qu'il ne l'était hier, c'est aussi parce que Donald Trump a décidé de ne plus respecter l'accord signé par Barack Obama sur l'Iran

Le prix du baril du pétrole n'a en effet jamais été aussi élevé depuis la fin 2014 comme l'indiquent mes confrères des Echos (France).

Mais plutôt que de le reconnaître, comme d'habitude, Donald Trump a déjà trouvé un bouc émissaire. Et aujourd'hui, c'est l'OPEP, l'organisation des pays exportateurs de pétrole. Et en particulier, il vise l'Arabie saoudite, son principal allié dans la région.

Depuis plusieurs semaines, Donald Trump fait ce qu'il fait de mieux, c'est-à-dire qu'il envoie des Tweets rageurs en direction de l'OPEP qu'il accuse ni plus ni moins que d'alimenter artificiellement les cours du baril de pétrole.

Et comme toujours, ne lui demandez pas d'être logique. Dire à Trump que les sanctions imposées à nouveau à l'Iran sont en partie la cause de la hausse du pétrole, il ne vous écoutera pas. Lui dire que la hausse des prix est excellente pour les producteurs de pétrole de schiste aux Etats-Unis, il ne vous écoutera pas non plus.

Non, la seule chose qui intéresse Donald Trump, ce sont ses électeurs. Or, comme le rappellent Les Echos, durant l'été, c'est la période que les Américains appellent la "driving season", autrement dit, la période durant laquelle les Américains avalent des milliers de kilomètres pour aller dans leurs lieux de vacances.

Partager

Personne n'a envie que cette guerre commerciale se double d'une autre guerre sur le marché pétrolier.

Et donc, au parlement américain, certains étudient la mise en place d'une loi qui leur permettrait d'attaque en justice l'OPEP. Rien que cela.

Alors, pour être honnête, d'autres présidents américains ont déjà évoqué cette possibilité, mais aucun n'a osé le faire jusqu'à présent.

Qu'en sera-t-il pour Donald Trump ? Personne ne le sait, mais personne n'exclut qu'il puisse le faire vu qu'il a démontré ces derniers mois qu'il passe rapidement des menaces verbales aux actes.

Voir un président des Etats-Unis invectiver la terre entière n'est pas rassurant. L'économie mondiale commence déjà à souffrir de la guerre commerciale qu'il a mis en place. Et personne n'a envie que cette guerre commerciale se double d'une autre guerre sur le marché pétrolier.

En fait, selon Les Echos, il est même probable que le prix du pétrole ne diminuera pas. Une fois de plus, Donald Trump assure qu'il veut défendre ses électeurs, mais la plupart de ses initiatives se retournent contre ses électeurs.

A croire que ceux-ci sont comme les poissons rouges, ils n'ont aucune mémoire, le temps de faire le tour du bocal, et hop, ils ont déjà oublié le tour précédent!

Nos partenaires