Tecteo: le rachat de l'Avenir peut-il encore être remis en cause ?

10/09/13 à 13:35 - Mise à jour à 13:35

Source: Trends-Tendances

Le rachat des Editions de l'Avenir (EdA) par le groupe Tecteo, peut encore être remis en cause, a laissé entendre mardi le secrétaire d'Etat Melchior Wathelet, en indiquant que l'administrateur cdH de Tecteo avait demandé une réunion urgente du conseil d'administration de l'intercommunale "pour faire la transparence" à ce sujet.

Tecteo: le rachat de l'Avenir peut-il encore être remis en cause ?

© Image Globe

Invité de l'émission Matin Première de la Rtbf-radio, M. Wathelet (cdH) a qualifié ce rachat, annoncé vendredi, d'"interpellant". "Cela pose un certain nombre de questions en terme d'indépendance de la presse. Il faut faire la totale transparence. Il ne serait pas acceptable qu'il y ait une quelconque pression sur un quelconque journaliste. Est-il opportun que des communes et des provinces investissent dans des entreprises de type commercial, dans un secteur difficile qui est celui de la presse écrite? On ne m'a pas démontré que c'était parfait", a-t-il ajouté. Mais, selon M. Wathelet, l'administrateur cdH de Tecteo, Dominique Drion, a demandé une réunion "d'urgence" du conseil d'administration de l'intercommunale pour examiner le rachat de L'Avenir, cédé par le groupe de presse flamand Corelio pour un montant estimé, par le quotidien 'L'Echo', à 26 millions d'euros. "Il y a des instances", a souligné le secrétaire d'Etat, laissant entendre que la décision de reprise des EdA pourrait encore être remise en cause. "Je suis membre du conseil communal de Verviers et je veux savoir vers où va mon argent. Cela me semble normal et sain", a-t-il souligné. M. Wathelet a par ailleurs indiqué qu'il "ne trouverait pas anormal" que l'on applique à l'administrateur-délégué de Tecteo, Stéphane Moreau, le plafond maximum de rémunération de 290.000 euros annuels décidé au niveau fédéral pour les dirigeants d'entreprises publiques, rappelant que Tecteo SA est détenue à 100% par des communes et des provinces. "Pour être très clair: quelqu'un comme Stéphane Moreau, dont on ne connaît pas la rémunération, dit vouloir faire preuve d'éthique par rapport à sa relation avec la presse. Qu'il montre déjà de l'éthique par rapport à sa rémunération, et qu'il s'aligne sur ce que le PS notamment défend dans tous les autres niveaux de pouvoir", a-t-il lancé.

Nos partenaires