Taxer les transactions financières : "Le PS est malhonnête !"

21/10/10 à 15:34 - Mise à jour à 15:34

Source: Trends-Tendances

"Malhonnêteté intellectuelle" contre "manque de courage" : la taxe sur les transactions financières est l'occasion d'une nouvelle passe d'armes entre libéraux et socialistes. Au niveau européen, cette fois.

Taxer les transactions financières : "Le PS est malhonnête !"

© Belga

Le MR a dénoncé jeudi la "malhonnêteté intellectuelle" du PS qui l'avait accusé, la veille, d'avoir manqué de courage en refusant, lors d'un vote à Strasbourg sur le budget 2011 de l'Union européenne, le recours à une taxe sur les transactions financières. Et ce, alors que les libéraux venaient de soutenir ce type de taxe lors d'un autre vote survenu quelque peu auparavant.

Le groupe libéral au parlement européen (ALDE), auquel appartient le MR, ainsi qu'une majorité d'eurodéputés ont approuvé mercredi des résolutions sur la surveillance et la régulation financière qui réclament notamment l'introduction d'une taxe sur les transactions financières (TTF). Appelés à voter quelques heures plus tard sur le budget 2011 de l'Union européenne, les libéraux ont en revanche rejeté - avec le Parti populaire européen (PPE) notamment - une proposition d'amendement du groupe socialiste (S&D) réclamant la création, dans le budget 2011 de l'UE, d'une ligne "ressources propres" alimentée par une TTF.

Le Parti socialiste a dénoncé, dans un communiqué diffusé mercredi soir, "le manque de courage" du MR : "Le PS s'étonne de constater le fossé qui existe entre, d'une part, l'enthousiasme avec lequel Didier Reynders, ministre des Finances et président du MR, avait défendu le principe d'une TTF devant le Parlement européen jeudi dernier et, d'autre part, le rejet lors du vote par les deux eurodéputés MR du principe d'une TTF", selon ce communiqué.

"A l'heure où les Etats européens sont obligés de mettre en oeuvre des politiques d'austérité, le PS est contraint de constater le manque de courage de certaines formations politiques", ajoute le Parti socialiste, qui se demande si celles-ci ont "déjà oublié que le véritable responsable de la crise globale que nous vivons actuellement est le système financier mondial".

La réplique du MR ne s'est pas fait attendre : "Le PS a voulu amener le débat de la TTF sur celui des ressources propres" du budget européen, a distingué jeudi le porte-parole de la parlementaire Frédérique Ries (MR-ALDE). Pour les libéraux, la TTF n'a pas pour vocation "de répondre à tous les défis sociétaux". Ils jugent ce mécanisme prématuré pour ce qui est des ressources propres de l'Union.

Quant à une TTF visant à améliorer la transparence des marchés financiers, les libéraux européens en restent partisans, mais de préférence au niveau mondial, rappelle le porte-parole de Frédérique Ries.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires