Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

21/10/14 à 14:31 - Mise à jour à 16:56

Taxer les licenciements ?

Le nouveau prix Nobel d'économie vient d'être décerné à Jean Tirole, un polytechnicien de nationalité française et qui depuis lors s'est quelque peu exprimé sur ce qu'il faudrait faire pour nous sortir du marasme dans lequel nous sommes plongés depuis presque 7 ans maintenant !

Taxer les licenciements ?

L'économiste français Jean Tirole, Prix Nobel d'Economie © Reuters

Partager

Jean Tirole préconise de taxer les licenciements afin de responsabiliser les entreprises !

C'est toujours rafraichissant d'écouter ce que dit un académicien pur jus même si ses travaux, extrêmement sophistiqués sur le plan mathématique, sont tournés vers la résolution de problèmes économiques très concrets.

A lire les interviews qu'il a accordées ici ou là, Jean Tirole semble penser que les entreprises se braquent sans doute trop sur la gestion de leurs coûts, non pas que ce n'est pas important, dit-il, mais parce que selon lui, la vraie bataille, c'est l'innovation ! C'est dans l'innovation qu'il faut investir. Et comme il le précise lui-même, il n'est pas nécessaire de se lancer dans de la haute technologie.

"Le design peut parfaitement être un vecteur d'innovation. Pensez, dit-il aux voitures allemandes, à l'iPhone d'Apple... la valeur ajoutée, c'est ce qui permettra à nos entreprises européennes de quitter la division 2 de l'économie mondiale" a-t-il encore ajouté.

Et puis l'une de ses autres suggestions, très étonnante d'ailleurs, c'est qu'il préconise de taxer les licenciements afin de responsabiliser les entreprises ! Cela a l'air fou à première vue, mais il s'est expliqué là-dessus. L'idée n'est pas neuve, précise-t-il, elle vient même des Etats-Unis où elle a été préconisée et appliquée avec succès par le président Roosevelt dans les années 30.

Pour le prix Nobel d'économie, le constat est simple : depuis 30 ans ou 40 ans, il y a du chômage sans discontinuer et notamment chez les jeunes. On leur propose des CDD dans leur très grande majorité parce que les entreprises ont trop peur de donner des CDI, vu qu'elles ne savent pas à quoi va ressembler leur carnet de commandes demain ou après-demain. "Donc, on a une situation complètement absurde qui est qu'à force de trop protéger les salariés, on ne les protège plus du tout", a-t-il ajouté.

Cet économiste veut donc en finir avec le système actuel d'assurance chômage. Pour Jean Tirole, les entreprises qui doivent faire des économies ont tendance à licencier certains salariés qui bénéficieraient d'allocations trop élevées. Le chercheur nobélisé veut éviter un effet d'aubaine qui encouragerait les entreprises à créer un chômage payé par l'Etat. Pour ce faire, il veut instaurer une taxe sur les licenciements. C'est le principe du pollueur-payeur appliqué au droit du travail, une sorte de licencieur-payeur.

Mais pour éviter que les entreprises perdent en compétitivité, Jean Tirole propose également de simplifier la procédure de licenciement. Pour le moment, aucune personnalité politique n'a osé ou voulu discuter avec lui de sa proposition. Bref, on respecte les propos d'un prix Nobel, on l'entend, mais on ne l'écoute pas nécessairement.

En savoir plus sur:

Nos partenaires