Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/02/15 à 14:13 - Mise à jour à 14:14

Tax shift: la hausse de la TVA, une injustice dans un système déjà injuste ?

C'est la déclaration politique qui a fait "boum" durant le week-end: notre nouveau ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, qui dit en substance que le glissement de fiscalité, tant attendu, le fameux "tax shift", pourrait se traduire par une hausse de la TVA, dans une interview accordée à l'Echo et au Tijd.

Tax shift: la hausse de la TVA, une injustice dans un système déjà injuste ?

Johan Van Overtveldt © Belga

Comme vous le savez, l'idée du gouvernement actuel est de baisser la pression sur la fiscalité qui frappe les personnes physiques, et de compenser cette baisse par une hausse de la fiscalité sur la pollution, sur la fortune ou, comme on le découvre ce week-end, sur la TVA, donc sur la consommation.

Partager

Tax shift: la hausse de la TVA, une injustice dans un système déjà injuste ?

Les syndicats hurlent déjà et disent qu'il n'en est pas question. Marc Goblet, le patron de la FGTB, a rappelé à nos confrères de 7 dimanche qu'une augmentation de 10 euros à la caisse du supermarché n'a pas le même poids pour quelqu'un qui gagne 1.000 euros ou quelqu'un qui en gagne 10.000 ! Donc, pour lui, une augmentation de la TVA serait une décision injuste !

Mais comme l'a souvent fait remarquer par le passé Etienne de Calletay, un économiste bien connu, il faudra malgré tout mettre de l'ordre dans notre système TVA. Aujourd'hui, par exemple, le taux de TVA est de 6% pour la totalité des produits alimentaires, y compris pour du saumon fumé. En revanche, dit-il, tous les vêtements sont taxés avec un taux de 21%, y compris un simple tee-shirt de chez Zeeman qui n'est quand même pas une enseigne de luxe ! Donc, Etienne de Callatay soutient en quelque sorte que notre système de TVA actuel n'est pas social non plus.

Et comme Etienne de Calletay a le sens de la formule, il précise qu'aujourd'hui un travailleur peu qualifié, c'est-à-dire quelqu'un qui est justement défendu par Marc Goblet, qui paie ses impôts et ses cotisations sociales, permet en réalité à son patron de manger bon marché. Il fait évidemment référence au saumon fumé taxé à seulement 6% à la TVA. Mais soyons de bon compte, cette hausse de la TVA ne sera pas indolore et aura au moins un inconvénient pour les retraités: ils verront leur pouvoir d'achat diminuer, mais sans nécessairement bénéficier d'une baisse de la taxation sur les personnes physiques !

Mais il n'y a pas que la TVA, il y a aussi le patrimoine que l'on pourrait taxer plus pour faire baisser la pression sur les personnes physiques ? C'est vrai, mais c'est quoi le patrimoine ? Si c'est de l'immobilier, il est déjà taxé lourdement via les droits de succession et les droits d'enregistrement. Si c'est les revenus mobiliers, le précompte mobilier vient déjà de passer de 15% à 25%, soit une hausse de 66% ! Reste évidemment la taxation des plus-values en Bourse. Mais outre le fait que si on taxe les plus-values, il faudra aussi permettre la déduction des moins-values, il faut également tenir compte qu'une taxation des plus-values ne rapportera pas assez d'argent pour compenser la baisse de l'impôt des personnes physiques.

Tout cela pour dire que les discussions ne seront pas simples, y compris sur le plan politique, car les membres du parti flamand CD&V goûtent fort peu les sorties du ministre des Finances NV-A. Pour eux, ce débat aurait dû être réservé à des discussions au sein du gouvernement, et non pas par journaux interposés.

Nos partenaires