"Si vous pouvez travailler, une vie aux crochets des allocations n'est plus une option !"

12/11/10 à 10:17 - Mise à jour à 10:17

Source: Trends-Tendances

Le Royaume-Uni durcit le ton face aux chômeurs : ceux qui refusent une offre d'emploi seront privés d'allocations pour trois mois, et ceux qui refusent trois offres ne recevront plus d'argent durant trois ans.

"Si vous pouvez travailler, une vie aux crochets des allocations n'est plus une option !"

© Reuters

Les chômeurs qui refusent une offre d'emploi seront privés d'allocations pour trois mois, et ceux qui refusent trois offres pour trois ans, selon un projet du gouvernement britannique annoncé jeudi dans le cadre du livre blanc réformant les allocations.

"Si les gens peuvent travailler et qu'on leur propose un emploi, ils doivent le prendre : c'est cela, le contrat !, a précisé mercredi soir David Cameron de Séoul, où il doit assister au G20. Le message est clair : si vous pouvez travailler, alors une vie aux crochets des allocations n'est plus une option."

Le gouvernement conservateur prévoit également de forcer les chômeurs à effectuer un travail obligatoire d'intérêt général, sous peine d'une suspension de leurs allocations.

La Grande-Bretagne compte près de 2,5 millions de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT), mais seulement 1,5 million touchent les allocations chômage, particulièrement peu généreuses.

Dans le cadre du livre blanc présenté jeudi, les chômeurs pourront aussi être contraints d'effectuer 30 heures hebdomadaires de travail d'intérêt général pendant quatre semaines (jardinage, ramassage de feuilles mortes ou de détritus, etc.) s'ils ne veulent pas perdre leurs allocations.

Le livre blanc substitue également une allocation "universelle" aux quelque 30 allocations existantes (chômage, allocations familiales, allocations logement, crédit d'impôt, etc.). L'allocation universelle, qui entrera en vigueur en 2013, doit éviter que des personnes qui retrouvent un travail gagnent moins qu'avec les allocations, selon le gouvernement.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires