"Si la Grèce ne peut plus rembourser, elle doit quitter l'euro"

06/08/12 à 16:24 - Mise à jour à 16:24

Source: Trends-Tendances

Le ministre régional des Finances de l'Etat de Bavière, Markus Söder, estime qu'il est temps pour les Grecs de quitter la zone euro, dans un entretien au journal "Bild am Sonntag" dimanche.

"Si la Grèce ne peut plus rembourser, elle doit quitter l'euro"

© Image Globe / ORESTIS PANAGIOTOU

La Grèce a beau affirmer qu'elle veut mener de nouvelles réformes, elle continue d'exaspérer certains hauts responsables allemands. "A un moment donné chacun doit déménager de chez maman, et les Grecs en sont là", déclare le responsable des Finances, issu des conservateurs bavarois (CSU), alliés des chrétiens-démocrates de la chancelière Angela Merkel.

Catégorique, M. Söder, qui est coutumier des phrases virulentes contre Athènes, considère que "si un pays comme la Grèce ne peut à terme plus rembourser ses dettes, il doit quitter l'euro". Il table sur une sortie d'Athènes de la monnaie unique "d'ici la fin de l'année". Et de prévenir: "Si les Grecs arrivent à imposer leur tactique qui consiste à laisser traîner les réformes et les remboursements des prêts, alors c'est tout le système qui s'effondrera". Selon lui, ce serait la porte ouverte à une union de transfert, "un puits sans fond".

Ces derniers jours, plusieurs responsables politiques allemands se sont prononcés à voix haute en faveur d'une sortie de la Grèce de l'euro comme le ministre des Transports, Peter Ramsauer (CSU) et son confère libéral à l'Economie, Philipp Rösler (FDP). Ces derniers sont membres des deux petits partis de la coalition gouvernementale avec la grande formation CDU.

De son côté, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble avait simplement averti il y a deux semaines que la Grèce devait redoubler ses efforts pour se conformer aux conditions du plan de sauvetage imposées par les bailleurs de fonds internationaux. Le chef de la diplomatie allemande qui avait appelé au calme dans les déclarations à l'emporte-pièce dans la crise de la zone euro, a une nouvelle fois appelé "chacun à surveiller le fond et à la forme de ses propos", dans un entretien au magazine Focus qui parait ce lundi.

Guido Westerwelle avait lui-même appelé Athènes à montrer clairement qu'elle veut rester dans la zone euro. "La Grèce ne doit pas simplement dire qu'elle veut rester dans la zone euro, mais elle doit aussi agir avec une politique de réformes claire et tenir ses engagements", avait-il dit. Les responsables de la zone euro, au premier rang desquels les dirigeants allemands, ont conditionné la reprise de la perfusion financière à la relance par Athènes de ses efforts pour assainir ses finances.

Trends.be, avec L'Expansion.com

En savoir plus sur:

Nos partenaires