S'il ne baisse pas, le pétrole plombera l'économie mondiale

15/03/11 à 11:56 - Mise à jour à 11:56

Source: Trends-Tendances

"Si les prix restent aux niveaux actuels ou continuent de grimper, d'ici septembre 2011, voire plus tôt, l'économie mondiale pourrait connaître un ralentissement marqué", prévient l'Agence internationale de l'énergie.

S'il ne baisse pas, le pétrole plombera l'économie mondiale

© Thinkstock

L'Agence internationale de l'énergie, qui représente les intérêts des pays industrialisés, a mis en garde mardi contre un "ralentissement marqué" de l'économie mondiale si le prix du pétrole devait rester aux niveaux élevés actuels, dans son rapport mensuel qui revoit de nouveau en légère hausse sa prévision de demande de brut.

"Si les prix restent aux niveaux actuels ou continuent de grimper, d'ici septembre 2011, voire plus tôt, l'économie mondiale pourrait connaître un ralentissement marqué, prévient l'AIE. Evaluer l'impact du prix est notoirement difficile."

L'agence cite toutefois des études selon lesquelles une hausse de 10 % des cours du brut ampute le produit intérieur brut (PIB) mondial de 0,2 à 0,7 point de pourcentage après un an, et jusqu'à deux fois ces chiffres l'année suivante. Or, à environ 115 dollars, le baril vaut 50 % de plus qu'en 2009-2010, rappelle-t-elle. S'il ne redescend pas, "la croissance du PIB mondial en 2011 pourrait être entre 1 et 3,5 points de pourcentage en-dessous de la prévision de 4,3 % avancée par le Fonds monétaire international", prévient l'AIE.

L'agence, dont le siège est à Paris, a par ailleurs - et pour le sixième mois consécutif - revu en hausse (légère) sa prévision de demande mondiale d'or noir de 90.000 barils par jour en 2010 et 2011. La consommation a été d'environ 87,9 millions de barils par jour (mbj) l'an dernier (+ 3,4 % par rapport à 2009) et devrait atteindre 89,4 mbj cette année (+ 1,6 %). Mais les prix qui demeurent élevés représentent "un risque significatif" pour la fiabilité de ces prévisions, estiment les experts.

L'agence ne fait pas d'estimation pour l'instant des conséquences du séisme de vendredi sur la demande de pétrole japonaise.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires