Rapport CCE: la marge existante pour une augmentation salariale est délibérément annihilée

22/01/18 à 17:04 - Mise à jour à 17:04

Source: Belga

Les syndicats dénoncent un "chipotage dans la loi salariale" annihilant la marge salariale existante révélée par le Conseil Central de l'Économie (CCE) dans son rapport publié lundi.

Rapport CCE: la marge existante pour une augmentation salariale est délibérément annihilée

© Getty Images/iStockphoto

"Ce que les syndicats craignaient lors de l'imposition de la loi salariale en 2017 est maintenant confirmé", indique le front commun. "Il existe bel et bien une marge pour une augmentation salariale. Mais avec les manipulations de la loi salariale orchestrée par ce gouvernement, cette marge est délibérément annihilée."

"Le handicap salarial de 2016 semble effacé. Et en 2018, notre pays présente alors une avance en matière de coût salarial de 1%", relèvent les syndicats sur base du rapport du CCE.

"Pour 2016, le coût salarial horaire dans les pays voisins a augmenté de 0,4% plus vite que ce qui avait été prévu fin de l'an dernier. En Belgique, celui-ci a diminué de 0,4% plus vite que prévu. Cette diminution est la conséquence des réductions de cotisations patronales induites par le tax-shift. La nouvelle loi salariale restrictive interdit cependant d'en tenir compte. L'effet de cette mesure est littéralement rendu invisible. (...) Tout cela entraîne un léger handicap salarial de 0,6% en 2016. Les manipulations intégrées dans la nouvelle loi salariale produisent leur effet", dénoncent les syndicats.

Selon le front commun, la compétitivité de la Belgique ne dépend d'ailleurs pas uniquement des coûts salariaux. "Le coût de l'énergie, la faible concurrence par les prix pour différents services, la mobilité et la stabilité politique sont des éléments tout aussi cruciaux. Mais le gouvernement y porte moins d'attention."

Nos partenaires