Quels sont les sujets tabous des élections 2014?

22/05/14 à 12:40 - Mise à jour à 12:40

Source: Trends-Tendances

Augmenter la TVA, taxer les grosses fortunes, prolonger le nucléaire, relever l'âge de la pension... En période électorale, il y a des sujets difficiles -- voire impossibles -- à aborder. "Trends-Tendances" les met à plat, pour en finir avec l'"économiquement correct".

Quels sont les sujets tabous des élections 2014?

© Getty

TVA: pas touche au pouvoir d'achat ? Si tous les grands partis se montrent favorables à une réduction des charges sur le travail, ils avancent en ordre dispersé sur la manière de financer cet allègement fiscal. Réduction du train de vie de l'Etat, lutte contre la fraude, taxation du capital... Les recettes sont multiples. Mais pas un mot ou presque sur la TVA... PENSIONS: plus qu'un tabou, un drame pour l'économie du pays Le sujet des pensions n'est pas un tabou. Tous les partis sans exception y font référence dans leur programme, mais en passant à côté de l'essentiel : "Le financement des pensions est la plus grande menace à l'heure actuelle pour notre pays, affirme Bruno Colmant, partner chez Roland Berger, à l'origine d'une récente -- et terrifiante -- étude sur le sujet. Si, au lendemain du 25 mai, le gouvernement ne met pas en place des mesures drastiques et concrètes, les finances publiques vont immanquablement basculer !" DESTIN DE BELFIUS: les questions restent entières Depuis son rachat par l'Etat en 2011, dans la foulée du deuxième sauvetage de Dexia, l'avenir de Belfius n'a jamais fait l'objet d'un réel consensus au sein du gouvernement Di Rupo. Les intentions de ce dernier n'ont jamais été claires et les questions restent entières. TAXER LA FORTUNE: un tabou qui a peu de chance d'être brisé Nous ne connaissons pas en Belgique de réel impôt sur la fortune, au sens où le fisc percevrait une taxe annuelle sur le patrimoine du contribuable. Du côté francophone, les mouvements de gauche sont, sans grande surprise, pour l'instauration d'un tel prélèvement. Poussés dans le dos par le PTB, socialistes et écologistes proposent de taxer les patrimoines supérieurs au million d'euros. Mais hormis Groen, les partis flamands n'y sont par contre pas favorables. TAXE KILOMÉTRIQUE: terrain miné "La question du péage sera le débat des prochaines élections régionales de 2014", nous avait dit Bruno De Lille, secrétaire d'Etat bruxellois à la mobilité. Eh bien non : les partis n'insistent guère sur le sujet. Il faut dire que ce sujet est miné. BONUS LOGEMENT: sera-t-il maintenu ? La sixième réforme de l'Etat a transféré des compétences supplémentaires aux régions en matière de logement. C'est le cas de la déduction fiscale sur l'emprunt hypothécaire contracté pour l'habitation familiale, communément appelée "bonus logement", qui sera régionalisé en 2015. Certains s'inquiètent de la pérennité de ce mécanisme, dont le "coût" pour l'Etat représente 1,3 milliard d'euros. INDEXATION DES SALAIRES: un tabou bien belge C'est "la" caractéristique socioéconomique belge qui provoque sans doute le plus de réactions chez nous, mais aussi en dehors de nos frontières. Régulièrement, le Fonds monétaire international, et, plus récemment, la Commission européenne enfoncent le clou : "Mais pourquoi vous les Belges gardez-vous ce système d'indexation automatique des salaires ?" ÉNERGIE: le nucléaire passé sous silence Réduire la facture énergétique de l'électeur. L'enjeu, relativement facile à présenter électoralement, est au coeur des "mesures énergies" de l'ensemble des partis politiques. Les propositions, souvent disséminées dans différents chapitres des programmes des partis, s'articulent le plus généralement autour du soutien aux initiatives d'isolation, d'une part, et de la TVA réduite sur les énergies, d'autre part. DURÉE ILLIMITÉE DES ALLOCATIONS DE CHÔMAGE: presque tous d'accord "La Belgique est le seul pays au monde à ne pas limiter le paiement des allocations de chômage dans le temps." Si le président de la N-VA Bart De Wever fustige notre système d'assurance chômage, il n'est pas le seul, du moins en dehors de nos frontières... Avec l'indexation automatique des salaires, c'est en effet le principal reproche que beaucoup d'institutions internationales font à notre pays jugé trop dépensier en matière de couverture sociale. Toutefois, les critiques se font beaucoup plus rares dans le pays lui-même. En fait, aucun parti francophone "classique" ne désire instaurer une limite dans le temps. REMPLACEMENT DES F16 DE LA DÉFENSE: la question à 5 milliards d'euros La défense n'est pas le sujet qui inspire le plus les partis et leurs programmes. Toutefois, le remplacement des avions F16, qui partiront à la retraite à partir de 2023, fera partie des sujets que le prochain gouvernement devra aborder, car il faut compter huit ans pour une livraison.

LA RÉDACTION

Découvrez ce dossier complet, ainsi que l'avis des 5 grands partis francophones, dans le magazine Trends-Tendances de cette semaine.

Nos partenaires