Quand la Chine freine, l'Asie s'inquiète

05/09/12 à 14:50 - Mise à jour à 14:50

Source: Trends-Tendances

Une enquête réalisée auprès de dirigeants de la région du Pacifique affirme que la principale menace qui pèse sur la croissance en Asie est le ralentissement économique en Chine.

Quand la Chine freine, l'Asie s'inquiète

© BELGA

"En Asie, le ralentissement de la Chine est pris plus au sérieux que celui de l'Europe ou des Etats-Unis". 56% des dirigeants de la zone se préparent à des performances économiques plus faibles de la Chine sur les douze prochains mois", contre 36% l'an dernier, selon une étude du Conseil de coopération économique du Pacifique (PECC).

Cette étude, réalisée auprès de 500 dirigeants régionaux, parmi lesquels des représentants des milieux d'affaires, des milieux académiques et des responsables gouvernementaux, a été publiée à l'approche du sommet Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec), qui se tient ce week-end à Vladivostok, dans l'Extrême-Orient russe.

Ces résultats reflètent le rôle grandissant de la Chine, deuxième économie mondiale, comme principal moteur de la croissance mondiale, a souligné Donald Campbell, co-président du PECC. "Il y a dix ans, l'Asie-Pacifique représentait 20% de la production économique. Maintenant, elle représente 35%, c'est (la région) la plus dynamique (...) et elle est tirée par la Chine", a-t-il déclaré à l'AFP. De fait, la Chine est le plus important partenaire commercial de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), qui regroupe dix pays de la région.

La Chine, qui avait pourtant prouvé sa capacité de résistance malgré la crise de la dette en Europe et la lente reprise économique aux Etats-Unis, a montré de sérieux signes de faiblesse ces derniers temps. En août, l'activité manufacturière est tombée à son plus bas niveau depuis mars 2009, selon un indicateur publié lundi par la banque HSBC. Son produit intérieur brut (PIB) a pour sa part crû de 7,6% au deuxième trimestre, soit sa pire performance en trois ans. Les chiffres de juillet pour le commerce, la production industrielle, les ventes de détail et les investissements directs étrangers ont aussi été faibles.

Trends.be avec l'Expansion

En savoir plus sur:

Nos partenaires