Prépensions : stop ou encore ?

28/05/10 à 09:45 - Mise à jour à 09:45

Source: Trends-Tendances

Le porte-parole du PTB+, plaide pour le maintien du régime des prépensions, un dispositif menacé à l'heure de la rigueur budgétaire et du vieillissement de la population ? Le "père" du mécanisme, Michel Jadot, s'interroge ouvertement sur son utilisation... et sur l'incohérence du discours politique en la matière.

Prépensions : stop ou encore ?

© Montage Belga

Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB+, affirme, dans une interview à Vers l'Avenir, qu'"il faut maintenir" les prépensions : "Les gens qui veulent rester au boulot peuvent le faire. Mais il faut que ceux qui veulent partir puissent également le faire pour permettre aux jeunes de trouver plus facilement un emploi."

Ces déclarations interviennent au lendemain de la conclusion, chez Carrefour, d'un préaccord social qui fait la part belle aux prépensions.

Interrogé à ce sujet dans Le Soir, Michel Jadot, "père" du dispositif et ancien patron du SPF Emploi, exprime des réserves sur son utilisation dans un certain nombre de cas : "Lorsqu'une restructuration se produit, il faut toujours trouver des solutions socialement acceptables. Tant mieux si un accord a été trouvé chez Carrefour ! Mais je me demande si, dans ce dossier, certains n'ont pas préféré la prime de licenciement et le chômage plutôt que l'emploi."

Plus généralement, Michel Jadot voit "une incohérence totale dans le discours politique. Tout le monde est conscient du fait qu'il faut travailler plus longtemps mais on cautionne encore trop souvent le recours à l'instrument des prépensions, et ce, sur le dos de la collectivité."

Prépensions : "Nous allons devoir revoir cette législation !" (Antoine)

[UPDATE] André Antoine ministre wallon (cdH) de l'Emploi, a évoqué vendredi la nécessité de revoir le régime belge des prépensions, au lendemain de la conclusion d'un accord social chez Carrefour exploitant les possibilités de la législation actuelle.

"Nous allons devoir revoir cette législation pour qu'elle soit soutenable au niveau des finances publiques", a-t-il déclaré vendredi matin sur les ondes de Bel RTL. Une révision doit aussi rendre le système "plus intéressant pour les personnes concernées", a-t-il ajouté, jugeant qu'il n'est pas souhaitable de mettre fin aux carrières à 52 ans. Il faut "permettre aux citoyens de travailler plus longtemps dans de bonnes conditions", a ajouté le ministre wallon, selon qui cette révision se fera en concertation avec les partenaires sociaux.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires