Prépensions sous pression : la FGTB s'invite au MR

03/10/11 à 12:18 - Mise à jour à 12:18

Source: Trends-Tendances

La FGTB a manifesté devant le siège bruxellois du MR, lundi matin. Si la secrétaire générale du syndicat prône le dialogue avec la FEB à l'occasion de l'évaluation du pacte des générations, elle critique l'attitude du patronat qui a fait "étalage de ses revendications".

Prépensions sous pression : la FGTB s'invite au MR

© Image Globe/Eric Lalmand

Une centaine de militants de la FGTB ont manifesté lundi matin devant le siège du MR, à Bruxelles, pour sauver le système des prépensions. Les manifestants entendaient dénoncer la position de la FEB et du ministre MR Didier Reynders, qui ont réclamé la fin à terme du système des prépensions.

Une délégation de la FGTB, emmenée par la secrétaire générale Anne Demelenne, était reçue lundi matin au siège du mouvement réformateur. Pour la FGTB, supprimer les prépensions ne résoudra pas la question de l'emploi. "Oui aux prépensions, non aux intérêts notionnels !", pouvait-on lire sur des calicots.

Le syndicat socialiste rappelle que les conditions d'accès à la prépension à 58 ans ont été durcies par le pacte des générations et précise que 70 % des prépensionnés ont plus de 60 ans. Il ajoute que les prépensionnés représentent moins de 3 % des travailleurs et que le taux d'emploi est désormais de 52 % pour les travailleurs entre 50 et 64 ans.

Anne Demelenne prône le dialogue avec la FEB à l'occasion de l'évaluation du pacte des générations, mais critique l'attitude de l'organisation patronale qui a fait "étalage de ses revendications".

La FGTB n'est pas opposée à ce que les personnes travaillent au delà de 50 ans si on améliore leurs conditions, en réduisant leur charge ou la pénibilité du travail, mais dénonce l'attitude "plus qu'hypocrite" du patronat : "Si 7 employeurs sur 10 se disent prêts à engager des travailleurs de plus 50 ans, on constate que seuls 5,2 % de tous les engagements concernent les travailleurs de plus de 50 ans", épingle Anne Demelenne.

Pour la FGTB, la FEB souhaite la suppression des prépensions pour accentuer la pression sur la charge de travail et sur l'emploi.

"Nous disposons de solutions positives au vieillissement", avance la secrétaire générale. Pour elle, il convient de permettre avant tout aux jeunes, aux femmes et aux personnes issues de l'immigration de trouver plus facilement un emploi. Elle préconise ainsi, pour les femmes, la création de structures supplémentaires d'accueil pour les enfants. Pour les personnes issues de l'immigration, elle rappelle que leur taux d'emploi atteint 40 % en Belgique, contre 58 % en moyenne dans l'Union européenne (UE-27).

Le MR souhaite rétrécir le périmètre des prépensions

Une délégation de la FGTB venue défendre le système des prépensions a été reçue lundi au siège du MR. "Nous avons entendu leurs inquiétudes et rappelé notre position", a indiqué le porte-parole du président Charles Michel.

Le Mouvement réformateur est partisan d'un "rétrécissement du périmètre des prépensions", tout en ne touchant pas à la liste des métiers pénibles. L'objectif est d'augmenter le taux d'activité des plus de 50 ans. Pour ce qui concerne la pension, le MR propose le maintien de l'âge légal à 65 ans mais défend la liberté pour les pensionnés de pouvoir travailler sans limite. Il revendique également une augmentation des pensions en lien avec le travail presté.

Selon une évaluation du Pacte des générations réalisée par le Conseil national du travail (CNT) et dont les journaux Gazet van Antwerpen et Belang van Limburg ont obtenu copie, la Belgique comptait 116.995 prépensionnés en 2010, soit 6 % de plus qu'en 2006. Ce nombre a cependant chuté de 80 % en ce qui concerne les prépensionnés âgés de moins de 55 ans.

Le renforcement de la pension légale est l'absolue nécessité, selon le Comité consultatif

Le Comité consultatif pour le secteur des pensions préconise un plan sur dix ans destiné à rattraper le retard que connaît l'évolution des retraites depuis une quinzaine d'années. Il invite également à une adaptation proportionnelle annuelle de l'évolution des pensions par rapport aux salaires.

Le Comité a préparé un avis en ce sens destiné au formateur et au futur ministre des Pensions. Cet avis suggère au futur gouvernement de renforcer en priorité la pension légale. A long terme, il appelle à une réévaluation des pensions. La Belgique occupait jusqu'il y a quelques années le Top européen... mais se retrouve aujourd'hui en milieu de classement.

Le Comité consultatif propose, en ce qui concerne les futurs pensionnés, de retenir un montant pour une carrière pleine atteignant 75 % du salaire moyen perçu durant les 25 meilleures années. Il suggère également de relever de 25 % le plafond salarial au-delà duquel les revenus n'entrent plus en compte pour le calcul de la pension, de sorte que la limite passe à 60.000 euros.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires