Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

26/01/18 à 10:00 - Mise à jour à 10:05

Pourquoi Trump vient de déclarer la guerre des changes

Le dollar a déjà perdu 15% depuis que Donald Trump est à la Maison-Blanche. Depuis ce jeudi, on a compris que ce n'est pas l'effet du hasard mais une volonté délibérée de laisser filer le dollar. Amid Faljaoui nous explique pourquoi ce jeudi a été un jour de vérité.

Pourquoi Trump vient de déclarer la guerre des changes

Donald Trump © REUTERS/Yuri Gripas

C'est fait depuis ce jeudi: le monde est entré dans une guerre des devises. Personne ne s'y attendait, mais c'est le secrétaire d'État américain au Trésor Steven Mnuchin qui a déclaré cette guerre. Il a pris la parole au forum économique de Davos, et a lancé sa bombe presque sans sourciller, comme si de rien n'était, annonçant qu'"un dollar plus faible est une bonne nouvelle, car il favorise le commerce et les opportunités". Bref, un dollar faible, c'est dans l'intérêt des États-Unis. Vu que Steven Mnuchin occupe l'équivalent du poste de ministre des Finances, le monde entier a compris que la faiblesse actuelle du dollar n'était pas accidentelle mais voulue. D'ailleurs, après la déclaration, le dollar a encore baissé de 1% face à l'euro.

C'est donc clair maintenant: les États-Unis brandissent l'arme de la guerre monétaire pour restaurer leur compétitivité. C'est simple, un dollar faible va favoriser les exportations américaines, mais va aussi automatiquement décourager les importations et donc au final, si tout va bien, cela réduira le déficit commercial américain. Évidemment, le danger d'une dévaluation volontaire du dollar, c'est que le monde entier veuille faire exactement comme les États-Unis, c'est-à-dire laisser filer vers le bas leur monnaie pour doper leurs exportations. Et si tout le monde fait la même chose, nous serons partis pour une guerre des devises, une guerre commerciale qui sera néfaste pour tout le monde.

Partager

Trump vient de déclencher la guerre des changes. Mieux vaut cela qu'une guerre avec la Corée du Nord, mais c'est quand même brutal!

En fait, ce que découvrent aujourd'hui les dirigeants du monde entier, c'est que Trump dit ce qu'il fait, et fait ce qu'il dit. Tout au long de sa campagne et aujourd'hui encore, il a martelé le même slogan: America First. Il a baissé l'impôt des sociétés de 35% à 21% et ça, c'est clairement pour avantager son pays. Il a réduit l'impôt sur les capitaux logés à l'étranger par les multinationales américaines et le résultat, c'est qu'Apple va payer un impôt de 38 milliards de dollars au fisc américain. C'est de l'argent frais qui va rentrer dans les caisses de l'État américain et qui va doper l'économie américaine. Maintenant, l'idée de Trump, c'est de réduire le déficit commercial de son pays avec le reste du monde. Pour y arriver, c'est très simple, il sort des accords commerciaux qui ne l'arrangent pas, il taxe les produits importés qui l'embêtent et aujourd'hui, il dévalue le dollar au nez et à la barbe du monde entier.

Trump vient donc de déclencher la guerre des changes. Mieux vaut cela qu'une guerre avec la Corée du Nord, mais c'est quand même brutal comme changement!

Nos partenaires