Pourquoi nos dirigeants gèrent-ils l'Etat comme des amateurs ?

08/11/17 à 11:38 - Mise à jour à 10/11/17 à 12:20
Du Trends-Tendances du 02/11/17

La saga des comptes-titres a relancé le procès en amateurisme à l'égard du gouvernement Michel. Le réquisitoire mérite toutefois quelques nuances et les plaidoiries de la défense ne sont pas dénuées de pertinence.

Vous vous souvenez de cette affaire des 750 millions d'euros ? La législature avait commencé par là : une erreur de calcul dans la répartition des recettes de l'impôt des personnes physiques, après le basculement vers la nouvelle loi de financement. Les Régions avaient dû batailler plusieurs mois avant de recevoir leur dû. Depuis, il y a eu la taxe Caïman qui est loin de générer le rendement escompté, la hausse des accises qui a provoqué une... baisse des recettes, la taxation des plus-values qui fut finalement retirée. Et maintenant, la belle saga sur la taxation des comptes-titres, plusieurs fois remaniée en quelques semaines et qui connaîtra peut-être d'autres évolutions encore.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires