Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/02/17 à 15:47 - Mise à jour à 15:47

'Pourquoi ceux qui votent pour Trump ou Le Pen s'en mordront les doigts'

Partant du principe que personne n'avait prévu le Brexit ou l'arrivée de Trump à la Maison-Blanche, les investisseurs ont déjà anticipé l'arrivée de Marine Le Pen à l'Élysée.

'Pourquoi ceux qui votent pour Trump ou Le Pen s'en mordront les doigts'

© Montage/Reuters

Les élections françaises n'arrêtent pas de nous surprendre. Après avoir éliminé toutes les anciennes figures de l'establishment politique comme Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, François Hollande et Alain Juppé, il est plus que possible que François Fillon passe aussi à la trappe en raison de l'emploi fictif de son épouse...

Plus le temps passe, plus les investisseurs internationaux deviennent nerveux à l'approche de l'élection présidentielle française. D'ailleurs, c'est simple, partant du principe que personne n'avait prévu le Brexit, ni l'arrivée de Trump à la Maison-Blanche, les investisseurs ont déjà anticipé l'arrivée de Marine Le Pen à l'Élysée.

Partager

Sans rien faire, juste par son existence, Marine Le Pen coûte déjà de l'argent au contribuable français

Vous me direz: comment pouvez-vous voir qu'ils ont anticipé cela ? C'est facile, il suffit de regarder le taux d'intérêt de la dette publique française à 10 ans. Il n'a pas cessé d'augmenter depuis quelques semaines par rapport au taux allemand considéré comme le taux le plus faible, car l'Allemagne est le meilleur élève économique de la zone euro. Ça veut dire quoi ? Que si l'écart de taux s'agrandit avec l'Allemagne, c'est que les investisseurs sont défiants à l'égard de la France et d'une possible arrivée de Marine Le Pen au pouvoir. Par conséquent, ces mêmes investisseurs réduisent leur exposition à la dette française ou s'en tiennent à l'écart. En résumé, sans rien faire, juste par son existence, Marine Le Pen coûte déjà de l'argent au contribuable français.

Mais attention, les investisseurs étrangers ne jugent pas son programme politique, mais bien son programme économique. Or, elle l'a dit et encore répété, si elle arrive au pouvoir, elle fera sortir la France de la zone euro. Le site du Front National comporte d'ailleurs un document qui s'intitule 'Tout ce qu'il faut savoir sur la fin de l'euro'. Vaste programme, mais truffé d'erreurs de raisonnement. Je ne vais pas passer mon temps à décortiquer point par point les erreurs de ce document, pas mal d'experts l'ont déjà fait avant moi, mais j'en donnerai un seul: le site du Front National indique que si la France opte pour un retour au franc, ce franc dévalué par définition va attirer les investisseurs et contribuera à regonfler la base industrielle de la France. En réalité, c'est le contraire qui risque de se passer. Avec un franc dévalué, les belles PME françaises et les fleurons de l'industrie hexagonale vaudront moins cher, attireront les convoitises des Chinois, des Qataris ou de je ne sais qui encore, et au final, toutes ces belles entreprises passeront sous pavillon étranger. En fait, si on applique la sortie de l'euro, comme c'est prévu dans le programme économique du Front National, la France perdra son indépendance économique et ce seront les classes populaires qui souffriront le plus.

C'est sans doute ce qui se passera d'ici quelques mois avec le programme de Donald Trump. Les mêmes qui ont voté pour lui s'en mordront les doigts... Ils auront retrouvé leur fierté d'Américains, grâce au slogan "Make America Great Again", mais leur pouvoir d'achat aura sombré. Ils seront fiers, mais plus pauvres en somme.

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires