Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

27/04/15 à 18:29 - Mise à jour à 18:30

Pourquoi certaines banques pratiquent-elles des taux d'intérêt négatifs?

Le monde est fou, en tout cas, c'est clair pour le monde de la finance. Non seulement, les taux d'intérêt sont quasi à 0% mais en plus, dans certains cas, ils passent en territoire négatif.

Pourquoi certaines banques pratiquent-elles des taux d'intérêt négatifs?

© Belga

Fin de la semaine dernière, la banque KBC a annoncé qu'elle allait imposer un tarif négatif pour les montants très élevés déposés par de très grandes sociétés. Première question: pourquoi ces banques pratiquent-elles des taux d'intérêt négatifs même si c'est pour des grandes sociétés? La réponse, c'est qu'elles ne font que répercuter le taux d'intérêt négatif que leur facture la banque centrale européenne lorsque ces banques commerciales déposent leurs propres excédents de liquidités. La deuxième raison, c'est que les banques aiment bien les dépôts stables car ils entrent positivement en compte dans leurs ratios financiers, mais en revanche, les capitaux volants, les capitaux instables qui ne sont là que par opportunités, interviennent négativement dans le calcul de ces ratios - et c'est la raison pour laquelle certaines banques n'ont plus peur de les taxer via un taux d'intérêt négatif.

Partager

Pourquoi certaines banques pratiquent-elles des taux d'intérêt négatifs?

Deuxième question: ces taux d'intérêt négatifs ne concernent que les dépôts des grandes entreprises, mais risque-t-on un jour de voir des comptes d'épargne avec un rendement négatif, après tout, la plupart des rendements actuels sont déjà proches de 0%? Bonne question à laquelle je réponds en deux étapes. Première étape: non, l'épargnant belge ne risque pas de subir un taux d'intérêt négatif, car il est protégé par la loi et le ministre des Finances qui a imposé un taux plancher de 0,11%. C'est pas énorme, mais c'est tout de même un taux d'intérêt positif. Et c'est là où j'en viens à ma deuxième étape du raisonnement: en réalité, sauf pour quelques comptes d'épargne sur Internet comme, par exemple, celui de MeDirect ou celui de PSA, la banque online de la firme Peugeot, la plupart des comptes d'épargne offrent déjà un rendement négatif. Pourquoi? Parce que les frais bancaires et l'inflation rognent la totalité du rendement. Et donc, en réalité, nous sommes en période de taux d'intérêt négatif.

Et les frais bancaires vont encore augmenter, c'est une certitude, car les marges des banques belges ne sont pas assez importantes selon la banque nationale, une banque nationale qui a d'ailleurs demandé indirectement aux banques belges de rétablir leur marge - et donc, d'augmenter les frais!

En fait, toute cette histoire de taux d'intérêt négatif veut dire que nous avons aujourd'hui une taxe sur le capital qui ne dit pas son nom - et en plus ces taux d'intérêt négatifs sont un pousse-au-crime car ils forcent ceux et celles qui ne veulent pas acheter des actions à en acheter quand même. La situation que nous vivons a un nom que les économistes connaissent bien et appellent: la répression financière. En fait, on tue à petits feux les retraités qui vivent de leurs rentes, et cela au profit -en principe- des plus jeunes actifs, mais on le fait sans le dire, cela revient à augmenter les droits de succession mais sans y toucher -c'est aussi cela les taux d'intérêt négatif- une forme de magie noire...

En savoir plus sur:

Nos partenaires