Pour ou contre le nouveau budget 2012 ?

12/03/12 à 10:01 - Mise à jour à 10:01

Source: Trends-Tendances

Le Premier ministre défend un projet d'ajustement qui est "celui de la rigueur soutenable". La FEB, notamment, soutient ouvertement l'accord obtenu à l'arrachée dans la nuit. Mais de nombreuses voix s'élèvent pour "flinguer" le "plus important effort budgétaire de l'histoire de la Belgique". Revue de détail des arguments "pro" et "contra".

Pour ou contre le nouveau budget 2012 ?

© Reuters

Budget : le projet d'ajustement est celui de la rigueur soutenable (Di Rupo)

Avec un effort cumulé des 11,3 milliards d'euros réalisé en décembre dernier et de l'assainissement complémentaire de 1,82 milliard trouvé lors de la semaine écoulée, la Belgique n'aura jamais réalisé un effort aussi important de toute son histoire, a affirmé dimanche le Premier ministre Elio Di Rupo, présentant l'accord conclu au cours de la nuit, aux côtés des ministres Chastel, Onkelinx et Vanackere.

Le projet d'ajustement est celui de la rigueur soutenable pour la population et la compétitivité des entreprises, argumente le Premier ministre. Les recettes supplémentaires proviendront essentiellement des transactions boursières, d'une répression accrue de la fraude via le travail au noir, du secteur pharmaceutique et des fumeurs via une augmentation des accises.

"Le gouvernement veut protéger la population et les entreprises de la spéculation et de la dégradation des conditions de vie dans le pays, a affirmé Elio Di Rupo dès l'entame de la conférence de presse. Nous avons opté pour la rigueur soutenable, la prudence et la relance par un choix de mesures justes et équilibrées."

Ce faisant, la Belgique renforce sa crédibilité sur les marchés européens car, des pays dont le déficit dépassait les 3 %, elle est parmi les meilleurs, si pas le premier de la classe, assure-t-il. Le Premier ministre a comparé la limitation du déficit de l'Etat à 2,8 % aux 4,5 % des Pays-Bas et aux 6 % de la France.

Selon le Comité de monitoring, le gouvernement devait faire 1,47 milliard d'effort, et 500 millions de mise en jachère de dépenses. Au final, le comité ministériel restreint a choisi d'être plus prudent en réalisant 350 millions d'économies en plus, et 150 millions de réserve complémentaire, a-t-il souligné.

[POUR] La FEB : "Un signal propre à rétablir la confiance des marchés financiers"

La Fédération des entreprises de Belgique a réagi dimanche positivement à l'annonce de l'accord sur l'ajustement budgétaire. Elle a pointé le signal envoyé pour rétablir la confiance sur les marchés européens, les efforts réalisés sur les dépenses de fonctionnement de l'Etat et la stabilité de l'imposition des entreprises. L'organisation patronale souhaite que l'on s'attelle dorénavant à stimuler la croissance économique.

[POUR] Le PS : "Un budget qui épargne les citoyens"

Le PS s'est félicité dimanche du fait que les premiers à participer à l'effort budgétaire soient les fraudeurs et les spéculateurs, notamment via l'augmentation des taux sur les transactions financières, l'interdiction de certains montages visant à éluder l'impôt ou encore l'augmentation de la cotisation bancaire pour les banques qui organisent une fuite de l'épargne belge vers l'étranger.

[POUR] Le MR : "L'option d'une gestion plus rigoureuse des dépenses de l'Etat a primé"

Le contrôle budgétaire s'est fait sur une gestion encore plus rigoureuse du train de vie de l'Etat et pas en multipliant de nouveaux impôts, s'est réjoui dimanche Charles Michel, président du MR, dans un communiqué : "Le MR a clairement fait savoir, avant les négociations, qu'il ne souhaitait pas une solution de facilité qui toucherait immédiatement les familles, les consommateurs et les entreprises. Je me réjouis que ce contrôle budgétaire se soit fait sur une gestion encore plus rigoureuse du train de vie de l'Etat et pas en multipliant de nouveaux impôts."

[CONTRE] la FGTB : "Une occasion manquée de rendre le budget 2012 plus équitable"

Rudy De Leeuw, président de la FGTB, a jugé dimanche que le projet d'ajustement budgétaire ne porte pas atteinte au pouvoir d'achat des citoyens, mais que le gouvernement a manqué l'occasion de rendre le budget 2012 plus équitable : "Il n'y a pas de taxes sur les riches, il n'y a pas d'impôt minimum sur les sociétés et des économies sont faites dans les services publics, a-t-il dit sur les antennes de la VRT. Je voudrais lancer un appel pour qu'il n'y ait plus d'économies dans ce secteur et pour organiser un débat serein sur les fins de carrières, tant dans le secteur public que privé."

[CONTRE] Ecolo : "Le gouvernement n'a toujours pas osé mettre sérieusement à contribution le secteur financier"

Ecolo a qualifié la technique de la râpe à fromage employée par le gouvernement de "technique miracle qui prend à tout le monde en préservant chacun". Les Verts regrettent également le manque de contribution des puissances économiques : "Pour ce nouvel effort budgétaire, le gouvernement n'a toujours pas osé mettre sérieusement à contribution le secteur financier ni les grandes entreprises, lesquelles continueront à échapper à l'impôt sans contrepartie pour l'emploi ni soutien à l'activité économique."

Selon Ecolo, les Régions et les Communautés se voient attribuer de nouvelles responsabilités sans en avoir été avisées. "Pour ce qui concerne les compétences dites usurpées, 250 millions ne seraient plus assumés par le pouvoir fédéral mais devraient l'être par les Régions et Communautés, sans que celles-ci n'aient été concertées au préalable et sans respect pour les citoyens qui bénéficient aujourd'hui de ces politiques."

Les Verts francophones soulignent l'absence de perspectives et remettent en cause la réduction des dépenses primaires et le gel des budgets. Pour eux, ce "sont aussi des manières de faire peser les efforts sur les citoyens via des services réduits ou des administrations moins performantes ou encore des projets pilotes abandonnés dans les hôpitaux, par exemple, alors qu'ils répondent à des besoins criants."

Le projet d'ajustement budgétaire auquel le gouvernement a abouti au milieu de la nuit est un peu flou, a affirmé de son côté Olivier Deleuze, invité de L'indiscret (La Une-RTBF). Le nouveau coprésident du parti Ecolo a indiqué que son parti aurait demandé que les mesures de soutien à la compétitivité des entreprises soient liées à de la création d'emploi, aux technologies du futur et au développement durable.

[CONTRE] Clerfayt : "La croissance baisse à cause des mesures que vous prenez"

La hauteur de l'effort, qui a été imposé à l'occasion de l'ajustement budgétaire a été dictée par le fait que le gouvernement Di Rupo avait mal préparé sa copie en décembre, a affirmé dimanche Bernard Clerfayt, député et vice-président du FDF, membre du gouvernement sortant passé dans l'opposition : "Vous avez mal préparé votre copie, a-t-il lancé sur le plateau de Mise au point (RTBF). Le premier budget a été critiqué par la Commission européenne. La croissance baisse à cause des mesures que vous prenez. L'ouverture de crédits crédit hypothécaires a ainsi diminué de 50 % en janvier."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires