Pour notre économie, le risque russe représente près de 7,5 milliards

19/03/14 à 10:40 - Mise à jour à 10:40

Source: Trends-Tendances

La tension géopolitique suite à la proclamation unilatérale d'indépendance de la Crimée et sa reconnaissance par la Russie n'est pas retombée. Le gros risque économique ne consiste pas tant aux expositions sur l'Ukraine ou la Crimée que sur la Russie, qui commence à faire l'objet de sanctions et va donc réagir par des contre-sanctions.

Pour notre économie, le risque russe  représente près de 7,5 milliards

© REUTERS

Le professeur Eric Dor, Directeur des Etudes Economiques de l'IESEG (Ecole de management de l'Université Catholique de Lille) vient de publier une étude qui décrit quel type d'exposition la Belgique a sur la Russie. Une bonne nouvelle : notre approvisionnement en gaz vient d'ailleurs. Une mauvaise : nos investissements dans ce pays frôlent les 2 milliards d'euros et nos exportations dépassent les 5 milliards...

"Les exportations totales de biens de la Belgique vers la Russie se sont élevées à 5,117 milliards d'euros en 2013, ce qui représente 1,45% des exportations totales de biens de la Belgique, 4,83% des exportations totales de biens de la Belgique vers des pays autres que ceux de l'Union Européenne, et 1,34% du produit intérieur brut de la Belgique", note Eric Dor.

L'industrie pharmaceutique, l'industrie du plastique, la fabrication de véhicules (particulièrement des tracteurs routiers pour semi-remorques), les fabrications métalliques, les fruits et légumes, les équipements scientifiques, les imprimés sont les secteurs les plus exposés.

Les banques le sont relativement peu : les créances des banques belges sur des débiteurs russes s'élèvent à 409,8 millions d'euros, dont 358,8 millions sur des banques russes. Par comparaison, l'exposition des banques françaises à la Russie s'élève à 50,9 milliards, l'exposition des banques allemandes à la Russie s'élève à 23,7 milliards d'euros.

En revanche, le stock d'investissements directs de la Belgique en Russie n'est pas négligeable : il s'élève à 1,983 milliards d'euros. Par comparaison le stock d'investissements directs de la France en Russie s'élève à 8,7 milliards. Ces investissements directs dépassent même 19 milliards d'euros pour l'Allemagne.

Au niveau énergétique, la part russe dans les importations belges totales de pétrole et les produits pétroliers s'élève à 11,68%. Et plus de 25% du charbon importé par la Belgique provient de Russie. Mais pas un seul m3 de gaz !

Pierre-Henri Thomas

En savoir plus sur:

Nos partenaires