Plus que 5 jours pour éviter une paralysie budgétaire aux Etats-Unis

04/12/17 à 15:47 - Mise à jour à 15:47

Source: Afp

Le Congrès américain a jusqu'à vendredi soir pour voter des crédits fédéraux et éviter une fermeture des administrations, un "shutdown" que la majorité républicaine exclut absolument.

Plus que 5 jours pour éviter une paralysie budgétaire aux Etats-Unis

© iStock

"Il n'y aura pas de fermeture de l'Etat, c'est impossible", a déclaré Mitch McConnell, le chef de la majorité du Sénat, sur ABC dimanche.

L'Etat fédéral n'est financé que jusqu'à vendredi soir. Ses fonctionnaires jugés non essentiels devront rester chez eux si le Congrès n'adopte pas une nouvelle loi de financement avant cette date. Cela s'est produit pour la dernière fois en 2013 à cause d'un bras de fer entre les républicains et l'ancien président Barack Obama.

Pour éviter une crise, la Chambre des représentants et le Sénat veulent adopter cette semaine une loi finançant l'Etat fédéral jusqu'au 22 décembre, ce qui donnerait aux élus deux semaines de plus pour négocier le contenu de la loi finançant tout le reste de l'année budgétaire 2018, soit jusqu'au 30 septembre 2018.

Mais le suspense demeure sur l'attitude des démocrates. Ils disposent d'une minorité de blocage au Sénat, un levier qu'ils comptent utiliser pour arracher des concessions à la majorité.

Parmi les sujets conflictuels: la régularisation de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes ou enfants aux Etats-Unis, les "dreamers". Ils étaient protégés contre toute expulsion sous l'ère Obama, grâce à un statut spécial surnommé "Daca". Donald Trump a supprimé ce programme en septembre, mais accordé un sursis de six mois aux bénéficiaires, donnant au Congrès jusqu'en mars pour légiférer.

"Le président nous a donné jusqu'en mars", a dit Mitch McConnell. "Il n'y a pas d'urgence (...) Ce ne serait pas très intelligent de la part des démocrates de fermer l'Etat fédéral sur un sujet non urgent que nous pouvons régler n'importe quand d'ici à mars".

Les chefs démocrates ne dévoilent pas leurs cartes et ne disent pas publiquement s'ils en feront une ligne rouge. Mais ils affirment qu'en cas de "shutdown", ce sont les républicains qui seraient pointés du doigt par les Américains.

"Les républicains ont la majorité à la Chambre, au Sénat et à la Maison Blanche", a dit jeudi Nancy Pelosi, chef de la minorité à la Chambre. "C'est à eux que revient la responsabilité de garder l'Etat ouvert."

Nos partenaires