"Plus d'Etat et moins de libéralisme" : le credo de DSK

05/04/11 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

Source: Trends-Tendances

Selon le patron du FMI, la mondialisation "a beaucoup apporté" mais elle a "un côté obscur : un écart vaste et croissant entre les riches et les pauvres". La crise fait désormais pencher la balance en faveur de l'Etat plutôt que du marché.

"Plus d'Etat et moins de libéralisme" : le credo de DSK

© Bloomberg

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international, a affirmé lundi, lors d'un discours prononcé devant des étudiants d'une université de Washington, que la crise économique mondiale plaidait pour plus d'intervention de l'Etat et moins de laisser-faire.

"Dans la conception d'un cadre macroéconomique nouveau pour un monde nouveau, la balance penchera, au moins un peu, moins en faveur du marché et davantage de l'Etat", a-t-il déclaré, selon le texte de son discours transmis à la presse.

"Le schéma ancien de la mondialisation a beaucoup apporté, en sortant des centaines millions de gens de la pauvreté. Mais cette mondialisation a un côté obscur : un écart vaste et croissant entre les riches et les pauvres. Alors que la mondialisation des échanges est associée à une baisse des inégalités, la mondialisation financière, qui est le grand événement des années récentes, les a accrues."

Sa conclusion ? "L'inégalité pourrait avoir été l'une des causes silencieuses de la crise. A plus long terme, une croissance durable va avec une distribution plus équitable des revenus."

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires