PIB en baisse, chômage en hausse : tous les chiffres de la BNB

17/02/10 à 08:33 - Mise à jour à 08:33

Source: Trends-Tendances

PIB en baisse de 3 %, contre une chute de 1,5 % des dépenses des particuliers, une inflation nulle et une augmentation du chômage à 7,9 % : le rapport annuel de la BNB livre un portrait précis de la Belgique de 2009. Et ouvre des perspectives plutôt difficiles pour 2010, notamment en termes d'emploi.

PIB en baisse, chômage en hausse : tous les chiffres de la BNB

© Belga

PIB de la Belgique : - 3 % en 2009, "la récession la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale"

Le PIB de la Belgique a reculé de 3 % en 2009, à 337,75 milliards d'euros, a annoncé la Banque nationale de Belgique dans son rapport annuel. En 2008, le PIB atteignait encore 344 milliards d'euros. "Il s'agit de la récession la plus grave pour la Belgique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale", a souligné Guy Quaden, gouverneur de la BNB.

Les activités économiques, dans le monde comme en Belgique, ont connu une chute libre durant la période 2008-2009. "Nous venons de traverser une récession grave mais nous avons évité la dépression : la spirale négative a pu être enrayée et l'activité économique est redevenue modestement positive", a souligné Guy Quaden, qui estime qu'"il faudra plusieurs années pour récupérer les pertes de fin 2008-2009 malgré une certaine reprise à la mi-2009".

Pour le gouverneur de la BNB, le gouvernement doit réduire le déficit budgétaire (6 % en 2009), stimuler la croissance et la compétitivité : "Il faut profiter de toute croissance dans les années à venir pour réduire le déficit public !" Celui-ci s'établissait en 2009 à - 6 % en Belgique, un peu au dessus de la moyenne de la zone euro (- 6,4 %) et moins important qu'en France (- 8,3 %), Espagne (- 11,2 %), l'Irlande (- 12,5 %) ou encore Grèce (- 12,7 %).

Au second semestre de 2009, la croissance économique belge a été "meilleure ou moins pire" que la moyenne de la zone euro, en particulier que celle de l'Allemagne. Au niveau mondial, le PIB a reculé de 0,8 %. Le recul est de 4 % pour la zone euro. "Sans les pays émergents, la croissance mondiale aurait été encore plus négative", a relevé Guy Quaden. La Chine et l'Inde ont respectivement connu des croissances de 8,7 % et de 5,6 %.

Dépenses des particuliers : - 1,5 % en 2009, "la première baisse depuis des années en Belgique"

Les dépenses de consommation finale des particuliers ont baissé "exceptionnellement" de 1,5 % en 2009 par rapport à 2008. Les principales catégories de dépenses ont baissé durant l'année 2009, à l'exception des dépenses de consommation finale des administrations publiques (+ 1,7 %), lit-on encore dans le rapport de l'année 2009 de la BNB.

"Pour la première fois depuis des années, les dépenses de la consommation privée des familles a baissé en Belgique, a précisé Guy Quaden. L'épargne a toutefois augmenté de 20 % (16,6% en 2008). Les Belges ont plus épargné en 2009 car ils avaient peur, certains ont perdu leur job et d'autres craignaient de le perdre."

Au cours des neuf premiers mois de l'année, les dépôts d'épargne ont enregistré un "afflux de 24,6 milliards d'euros, leur encours, s'établissant à un niveau historiquement élevé".

La balance commerciale est restée plus ou moins en équilibre, avec une baisse de 11 % des exportations pour une baisse de 11,1 % des importations.

Inflation : 0 % en 2009, "une des seules bonnes nouvelles économiques en Belgique"

L'inflation a été nulle en Belgique et constitue l'une des seules bonnes nouvelles économiques de l'année 2009, écrit encore la BNB dans son rapport : "Après avoir atteint 5,9 % en juillet 2008, l'inflation est tombée à 1,7 % en juillet 2009 et est redevenue légèrement positive à la fin de l'année (+ 0,3 %). En moyenne, l'inflation a disparu en 2009."

Des taux négatifs pour l'inflation n'avaient plus été observés en Belgique depuis les années 1960. La chute des prix pétroliers explique "à elle seule la survenance d'une période d'inflation négative dans le cours de l'année sous revue".

Emploi : 67.000 postes perdus entre fin 2008 et fin 2009 en Belgique

Les pertes nettes d'emplois au cours de l'année 2009 ont atteint 67.000 unités en Belgique, selon le rapport annuel de la BNB. En moyenne, on enregistre 24.000 emplois disparus en un an. Ce sont principalement des secteurs comme l'agriculture, l'industrie, la construction et les services qui ont souffert en 2009, avec une perte de 52.000 emplois.

"Par rapport à 2008, l'emploi intérieur a diminué de 0,5 % pour atteindre 4,437 millions de personnes, chiffre la BNB. L'activité économique s'est certes redressée au second semestre, mais, compte tenu du décalage habituel entre l'évolution de la croissance et celle de l'emploi, la situation sur le marché du travail a continué à se détériorer."

Pour 2010, les chiffres de l'emploi devraient continuer à baisser. "La reprise économique ne se fera pas avec la reprise de l'emploi : le chiffre est appelé à encore diminuer", a confirmé Guy Quaden. Le taux de chômage a atteint 7,9 % de la population active en 2009, soit 0,9 % de plus qu'un an plus tôt. "C'est une mauvaise nouvelle, a déploré le gouverneur de la BNB. La bonne nouvelle, c'est que le chômage a moins augmenté en Belgique par rapport au chiffre de la zone euro, qui a d'ailleurs moins augmenté qu'aux Etats-Unis."

L'augmentation de la population active n'a été que de 26.000 unités en 2009, contre 57.000 de plus en 2008.

Balance commerciale : nette amélioration en novembre 2009
La balance commerciale belge a terminé le mois de novembre 2009 avec un déficit de 135 millions d'euros, contre 1,5 milliard d'euros à la même période en 2008, selon la BNB.

L'amélioration de la balance commerciale est principalement due à la baisse des importations : - 5,4 %, à 16,2 milliards d'euros, alors que les exportations ont progressé de 3 %, à 16,1 milliards d'euros.

Croissance : 0,3% au quatrième trimestre de 2009

L'économie belge a enregistré une croissance de 0,3 % au quatrième trimestre de 2009, selon la première estimation "flash" de l'Institut des comptes nationaux (BNB). "Sur l'ensemble de l'année, le PIB aurait perdu 3 %", a confirmé l'ICN. Les récentes prévisions font état d'une croissance de 1 % pour l'ensemble de l'année 2010.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires