Pétrole : la Libye met le feu au panier de l'Opep

22/02/11 à 10:52 - Mise à jour à 10:52

Source: Trends-Tendances

Le panier de l'Opep, qui rassemble douze qualités de pétrole, a redépassé les 100 dollars et retrouvé son niveau de septembre 2008. En cause, surtout : les troubles en Libye, l'un des principaux exportateurs d'or noir du cartel.

Pétrole : la Libye met le feu au panier de l'Opep

© Bloomberg

Le prix du panier de douze qualités de pétrole brut qui sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole a franchi la barre des 100 dollars pour la première fois en deux ans et demi, à 100,59 dollars, selon un communiqué diffusé mardi.

Ce prix de référence est une compilation de prix constatés lundi, alors que les tensions s'exacerbaient en Libye, l'un des principaux pays exportateurs de l'Opep. Il était de 99,08 dollars vendredi. C'est la première fois que le cours de référence de l'Opep franchit la barre des 100 dollars depuis septembre 2008. Il avait atteint un record historique quelques semaines auparavant, à 140,73 dollars (le 4 juillet).

Ce panier de brut prend en compte les divers bruts produits par les membres de l'organisation: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Oriente (Equateur), Iran Heavy (Iran), Basra Light (Iraq), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria), Qatar Marine (Qatar), Arab Light (Arabie Saoudite), Murban (Emirats arabes unis) and Merey (Venezuela).

Il peut donc différer sensiblement des deux qualités de brut qui font référence sur les marchés des matières premières, le Brent de la mer du Nord (pour l'Europe) et le West Texas Intermediate (pour l'Amérique du Nord). Mardi matin, le Brent de la Mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 106,95 dollars, alors que le WTI pour livraison en mars valait 92,65 dollars.

Pétrole enflammé par la Libye : l'Opep se dit "prête à agir si nécessaire"

"L'Opep observe avec beaucoup d'attention" les mouvements de contestation à travers le Proche et le Moyen-Orient, "et l'organisation est prête à réagir si cela s'avérait nécessaire", a déclaré à Ryad Mohamed ben Zaën al-Hameli, ministre du Pétrole des Emirats arabes unis, interrogé sur la vague de contestation à travers le Proche et le Moyen-Orient.

"Nous sommes particulièrement préoccupés par la Libye, car c'est un membre de l'Opep et un important producteur de brut", a-t-il ajouté devant plusieurs journalistes. Il n'a toutefois pas précisé quand et avec quelle ampleur les pays producteurs pourraient réagir aux tensions du marché.

Alors que les violences s'intensifient en Libye, où la révolte populaire fait l'objet d'une répression sévère, les cours du brut bondissaient mardi à Londres au-dessus de 106 dollars, tandis que le prix du panier de référence de l'Opep franchissait les 100 dollars pour la première fois en deux ans et demi. Cependant, "le marché réagit avant tout aux violences au Moyen-Orient et non aux fondamentaux" de l'offre et de la demande, nuance Mohamed ben Zaën al-Hameli, jugeant le marché actuel suffisamment approvisionné.

Les Etats-Unis appellent à une production accrue de l'Opep

Les Etats-Unis appellent l'ensemble des pays producteurs de pétrole, dont ceux de l'Opep, à accroître leur production en réponse à la récente envolée des cours de brut, a indiqué mardi à Ryad Daniel Poneman, secrétaire américain adjoint à l'Energie.

Une réunion du Forum international de l'énergie (IEF) se tient actuellement à Ryad. L'IEF réunit les pays de l'Opep et les pays consommateurs de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), auxquels se sont ajoutés la Russie, la Chine, le Mexique, le Brésil, et nombre de pays en développement.

Violences en Libye : le pétrole ouvre en hausse de 8 % à New York

Les prix du pétrole s'envolaient de 8 % mardi à l'ouverture à New York, où les marchés étaient fermés la veille, face aux violents affrontements qui touchaient la Libye.

Vers 14 h 10 GMT (15 h 10 heure belge), sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude, pour livraison en mars, s'échangeait à 93,10 dollars, en hausse de 6,90 dollars par rapport à vendredi. Ce contrat, dont c'est le dernier jour de cotation, a atteint pendant les échanges électroniques 94,49 dollars, son niveau le plus élevé depuis début octobre 2008.

A Londres, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord, à échéance avril, s'affichait en hausse de 1,62 dollar, à 107,36 dollars, après un pic à 108,57 dollars, un prix inédit depuis le 4 septembre 2008.

"Le marché est inquiet face à la menace d'une guerre civile" en Libye, a commenté Phil Flynn chez PFG Best. En 2010, la Libye a produit 1,55 million de barils par jour, selon les données de l'Agence internationale de l'énergie, détient les plus grosses réserves de pétrole d'Afrique et est l'un des quatre principaux producteurs du continent. Le pays exporte 80 % de son or noir vers l'Europe.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires