Pertes d'emploi : des statistiques plutôt contrastées...

04/05/10 à 10:36 - Mise à jour à 10:36

Source: Trends-Tendances

Les pertes d'emplois ont été moins nombreuses que prévu en 2009. Le marché belge du travail a largement été sauvé par un quatrième trimestre marqué par un vrai redressement. Ceci dit, les incertitudes sont encore nombreuses... Rendez-vous dans quelques mois, lorsque le marché du travail devra absorber les jeunes diplômés.

Pertes d'emploi : des statistiques plutôt contrastées...

© EPA

Le nombre de pertes d'emplois en 2009 a finalement été moindre que prévu, révèlent les statistiques de plusieurs institutions, citées mardi par De Tijd. Des statistiques plutôt variées, jugez-en plutôt.

La Banque nationale de Belgique avait prévu en décembre dernier la disparition de 74.000 emplois pour la période allant de fin 2008 à fin 2009.

L'Institut des comptes nationaux (ICN), de son côté, a obtenu un résultat moitié moindre, soit une perte de 38.000 emplois au quatrième trimestre de 2009 par rapport à la même période de 2008.

L'enquête belge sur les forces de travail du SPF Economie, en comparant les moyennes annuelles entre les deux années, arrive pour sa part à 25.000 emplois perdus.

Cette relative bonne prestation, en dépit de la crise, est surtout due au quatrième trimestre de 2009, période au cours de laquelle le marché de l'emploi a commencé à se redresser selon toutes les sources disponibles, ajoute De Tijd.

De nombreuses incertitudes continuent à planer, note cependant le quotidien économique. Les pessimistes insistent sur la faiblesse de la reprise économique (avec une croissance de 0,1 % au premier trimestre de 2010), sur les restructurations en cours, sur l'instabilité politique et sur les inconnues sur l'évolution de la zone euro.

Bref, le véritable test se produira d'ici quelques mois, lorsque le marché du travail devra absorber les jeunes diplômés, conclut De Tijd.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires